#Tabac:Le new deal gagnant/gagnant pour les buralistes

RagmatismeOn aura compris que ce qui motive les buralistes à manifester n’est pas de s’opposer au paquet neutre de la ministre de la santé mais à obtenir des assurances du maintien de leurs revenus. Comment arriver à concilier le double impératif de santé publique en favorisant la sécurité sanitaire d’un côté et de l’autre,reconnaître le préjudice financier subi par les buralistes entrainés par l’Etat, à l’insu de leur plein gré, dans l’aventure du tabac. Ils plaident aujourd’hui pour une indemnisation d’un manque à gagner futur si une loi de santé publique, digne de ce nom, venait à restreindre, contraindre la vente de tabac.

Taxes cigarettesOn apprécie déjà le grand écart, voire la schizophrénie se traduisant par des injonctions paradoxales entre le ministère de la santé et celui des finances dont les intérêts sont curieusement antagonistes; les conseilleurs n’étant pas les payeurs, c’est à ce jour Bercy qui mène la danse mais c’est aussi à l’assemblée nationale que l’on influence les lois sur le tabac; ainsi le club des parlementaires fumeurs de cigares.

Comment sortir de ce dilemne ? Ne pourrait-on envisager, dans le cadre d’un consensus national, de préserver la chèvre et le chou et d’envisager une stratégie à moyen terme visant à la réduction effective de la consommation du tabac tout en indemnisant les buralistes victimes du manque à gagner?

Alors soyons fous et imaginons que l’Etat français décide de lancer un plan Marshall antitabac, en s’appuyant sur un financement par la sécurité sociale et les mutuelles de santé, prévoyant une indemnité compensatrice au prorata des efforts réalisés pour diminuer la consommation de cigarettes.
Préservatifs à 1€En y associant l’incitation à la substitution du tabac par la cigarette électronique, à la norme AFNOR bien sûr, voire un encouragement des assurances maladie qui sponsoriseraient l’achat de la première cigarette électronique à 1€ (a l’instar des préservatifs comme suggéré par un Tweeter). En d’autres termes, de décider d’investir dans la prévention du tabagisme en espérant un retour sur investissement fondé non seulement sur les coûts directs induits par les dommages collatéraux du tabagisme mais également sur les coûts indirects (absentéisme, indemnités journalières, continuité des affaires,…). Et pourquoi pas tenter l’expérience d’un remboursement de la première cigarette électronique sur prescription médicale par un addictologue ou un médecin généraliste?

Sortons du dogmatisme légendaire de la France pour encourager le pragmatisme tel qu’appliqué au Royaume Uni (référence au rapport PHE publié en Aout et démontrant que l’e-cigarette est 95% moins nocive que le tabac de cigarette). Visons les résultats quel que soit le moyen utilisé pour atteindre des objectifs réalistes en santé publique.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s