#Germanwings: la faute à l’inaptitude au poste…de pilotage plus qu’au cockpit fermé.

Les conclusions du rapport du bureau enquête accident (BEA) doivent nous interpeler car il pose aux médecins la question de la levée du secret médical dans certaines circonstances et plus précisément aux médecins du travail, la question du suivi de l’aptitude au poste de pilotage.

Au préalable, il convient de rappeler que le BEA n’est pas une instance médicale mais un dispositif mis en place pour l’aéronautique pour analyser les risques et étudier les causes des accidents; parmi les causes identifiées, se trouve l’état physique et mental du co-pilote à l’origine du crash de la Germanwings. Le comportement du pilote, durant ses heures de vol, est donc en cause pour des raisons d’ordre psychiatrique.

Nous allons débattre de ce sujet et tenter d’apporter des éléments de réponse:

  1. Le “Whistle Blower” ou lanceur d’alerte: y compris en matière de risques psycho-sociaux, le management et la direction peuvent et doivent intervenir en signalant un “état anormal” auprès des ressources humaines ou de la médecine du travail chaque fois qu’un comportement est apprécié par le manageur comme potentiellement dangereux pour lui-même ou pour les personnes l’entourant. Curieux cette déclaration d’intention qui sonne comme le rappel à un élément intégré dans la loi El Khomri sur la santé au travail. Ne pas sous-estimer également les “signaux faibles” qui annoncent les grandes catastrophes.
  2. Place de la santé au travail, de son organisation et de ses prérogatives en matière de sécurité au travail: un devoir d’alerte et l’application du principe de précaution en utilisant l’inaptitude temporaire, le temps de pratiquer des examens complémentaires, des consultations spécialisées pour analyser les risques en lien avec la santé que ce soit à titre personnel (santé publique) ou professionnel (santé au travail). On note bien sûr tout l’intérêt d’une communication entre les deux secteurs, d’un échange en continu d’informations médicales. Mais cela ne vas pas s’en soulever un autre débat qui s’adresse au secret médical…
  3. Place du secret médical en situation de risque pour la personne et de danger grave et imminent pour autrui: la véritable question qui se pose aux médecins est la notion de secret médical partagé; partagé avec qui et pourquoi? La finalité doit toujours être dans l’intérêt médical du patient/employé en commençant par vouloir le protéger et prendre soins de lui-même, même à l’insu de son plein gré…Le secret médical partagé existe déjà en médecine hospitalière et reste fondé sur la continuité des soins et sur l’intérêt du patient en agissant pour son bien. Le secret médical relève du code pénal et du code de déontologie médicale et prévoit quelques dérogations. Dans le cas de la Germanwings, on se rapprocherait plus du secret de la confession dès lors que la tendance suicidaire (ce qui correspond à un homicide volontaire pour les victimes collatérales) est avouée au médecin et que ce dernier connait la profession. Hélas, l’exemple présent prouve qu’il est facile de ne pas révéler toutes les informations sur ses antécédents psychiatriques, son traitrement médical et son état psychologique. Il n’existe pas de dossier médical commun ou de traçabilité du parcours patient qui aurait pu identifier ce patient aux multiples consultations spécialisées.

aptitude au pilotage

Le rapport du BEA interpellent donc à la fois l’Etat et le ministère public,par le biais du code pénal, et l’Ordre des médecins pour la partie du code de déontologie. Comment peut-on avancer sur le sujet dans l’intérêt de toutes les parties en présence? Quelques pistes à explorer:

  • Une des réponses envisageable dans ce cas d’espèce, serait de considérer que la pathologie du pilote relève d’une pathologie/maladie professionnelle: La notion de troubles du sommeil et les conséquences du jetlag en terme de fatigue, conduisant à un état dépressif; on commence à parler de psychose et de bouffée délirante mais le lien avec un risque professionnel est plus délicat à établir. Car ce que contestent les pilotes, ce sont les conséquences sociales (suspension de salaire) de l’inaptitude au poste de pilotage; inaptitude n’étant pas synonyme de malade et un certificat d’inaptitude n’est pas équivalent à un certificat d’arrêt maladie…
  • La toxicomanie est une cause de dérogation; elle est parfois découverte à l’occasion d’un test de dépistage drogue et alcool auquel est soumis un pilote de ligne. Pourquoi ne pas étendre cette dérogation aux maladies psychiatriques avec prise de médicaments pouvant perturber à la fois l’humeur et le comportement en vol. (Voir l’excellent film “Flight” sur le sujet).
  • Nous sommes en plein débat sur l’état d’urgence et sur la privation de certaines libertés individuelles au bénéfice de la protection de la société civile et de l’Etat. Ne faut-il pas remettre en cause cette liberté individuelle et ce droit au secret médical dès lors qu’il existe un risque de danger grave et imminent. Il faut moins de 20′ entre la prise de décision et le passage à l’acte suicidaire. Le crash de la Germanwings s’est produit en moins de 8’…
  • Mais pour commencer, rappeler l’intérêt d’une approche par le risque pour se prononcer sur une aptitude médicale à un poste de travail/pilotage en incluant l’examen physique et psychologique.

secret médical partagé

  •  N’est-ce pas l’occasion, car c’est la question posée par le BEA, d’aborder la problématique du dossier médical unique, regroupant les données de la santé publique (médecine générale) et les données professionnelles (risques, pénibilité et médecine du travail), accessible par tous les médecins prenant en charge les personnels occupant des positions à risques? avec un secret médical partagé? Nous avons en France un très bon exemple avec le service de santé des gens de mer, qui s’occupe des marins (marine marchande et pêcheurs) à la fois médecin traitant et médecin du travail. Un modèle à suivre pour l’aéronautique?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s