#Microcephaly / #Zika perçue comme des enjeux politiques?

Depuis le 1° février 2016, date de déclaration de l’état d’urgence sanitaire de portée internationale, nous assistons à une curieuse gestion de crise du Zika qui se transforme en crise politique internationale.

  • Commençons donc par l’OMS ZikaMapqui doit collecter des fonds pour mettre en place les moyens d’évaluation, d’études et de réponse aux nombreuses questions soulevées avec l’arrivée du virus Zika en Amérique du sud. L’émergence d’abord des cas de microcéphalies en lien avec le virus, puis la mise en évidence d’autres maladies neurologiques, d’origine auto-immune, ont fait naître des peurs se traduisant par des menaces pour la santé publique. Le spectre de la microcéphalie dont certaines photos indécentes circulent dans les médias fait vendre mais cyniquement, il n’y a pas assez de morts, par comparaison à Ebola, pour collecter des fonds en urgence.
  • Au Brésil, qui attire l’attention pour plusieurs raisons, l’arrivée du virus Zika au printemps 2015 donne l’occasion aux autorités du pays de détourner l’attention sur un sujet qui occupe les esprits, craintes à l’appui. La maladie Zika et ses complications occultent (pour un temps) les scandales de corruption, les démêlés politico-judiciaires en vue de la destitution présidentielle. Mais il existe une autre pression politique qui consiste à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, à nous faire avaler des couleuvres en se focalisant sur le nombre élevé de cas de microcéphalies et en leur attribuant pour cause unique, le virus Zika. Zika Map BrzailTout ceci pour ne pas aborder l’épineux sujet de la disparité socio-économique, les inégalités territoriales et les impacts environnementaux de l’absence de politique de développement durable, principalement dans les régions du nord-est du Brésil. Des conditions sanitaires déplorables, une absence de réseau de distribution d’eau potable, une pauvreté qui conduit à des états de malnutrition nous sont ainsi cachés, pudiquement voilés derrière la préparation, à grands frais, des Jeux Olympiques de cette année à Rio.
  • Que se passe-t-il aux USA, où le Congrès refuse de débloquer les fonds nécessaires pour mettre en place un programme de préparation à la lutte antivectorielle pour prévenir la propagation du Zika dans la moitié sud des Etats-Unis? white HouseLa Maison Blanche, à l’initiative de son Président Obama, vient de décider d’engager les fonds alloués au programme Ebola (600 M$) pour les redistribuer en faveur de Zika. Une façon de mettre les membres du Congrès américain en face de leurs responsabilités à quelques mois de l’échéance électorale présidentielle et à un moment où le Parti Républicain ne fait pas bonne figure, incarnée par le candidat Donald Trump. On pense naturellement aux manipulations politiciennes telles que rapportées dans la série House of Cards mais cela n’est plus de la fiction aujourd’hui.

On s’éloigne,hélas, des enjeux de santé publique, de portée internationale en effet, de la nécessité de soutenir des programmes de recherche autant en labotatoire (In Vitro) que de lancer des études épidémiologiques (In Vivo) pour collecter les informations nécessaires en vue de répondre aux questions qui se posent sur le rôle et l’implication du virus Zika dans les complications neurologiques chez le foetus comme chez l’adulte.

One thought on “#Microcephaly / #Zika perçue comme des enjeux politiques?

  1. Pingback: Le virus #zika et #microcephaly dans le Nord-est du Brésil: d’un agent causal à un agent servant la cause? | The Ad Spread

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s