Psycho-sociologie d’une crise dont on ne voit pas la fin venir.#loielkhomri

Nous assistons depuis plusieurs semaines à une tragédie où deux protagonistes s’affrontent pour affirmer leur autorité: un politique et accessoirement Premier Ministre de la France,Manuel Valls et un leader syndical CGT,Philippe Martinez.

L’argument théatral s’articule autour du projet de loi travail, appelé loi El Khomri qui remet en cause des fondements du droit du travail dont le principal discuté dans son article 2 porte sur l’inversion de la hiérarchie des normes; bouleversant l’ordre juridique établi dans le droit du travail.

Medef et gouvernementUne logique d’affrontement en guise de dialogue social, nos deux protagonistes, véritables guerriers, plus à l’aise avec l’art de la guerre (Sun Tzu) que l’art de la négociation telle que proposée par la diplomatie française, sont décidés à mettre à feu et à sang la société civile,  à paralyser les transports, à attenter à la liberté de la presse par chantage et prise d’otages interposés. Un problème d’Ego à régler entre deux personnalités que tout oppose: d’un côté un psychorigide narcissique et de CGT_Martinezl’autre un suicidaire en mal de reconnaissance. L’intransigeance de l’un qui n’hésite pas à s’assoir sur le débat démocratique auquel on droit les parlementaires élus représentants du peuple pour cela et le dogmatisme radical de l’autre en lutte ouvrière pour assoir son leadership syndical en passe d’être perdu.

La France se moque de leurs états d’âme et souhaite une sortie de crise le plus rapidement possible et à tout le moins, la restauration de conditions favorables à une reprise des négociations en vue de discuter un possible compromis au moment même où l’on célèbre le centenaire de la bataille Verdun et de sa nécropole; tout un symbole.

Trop de posture de défiance et de volonté d’affirmer son autorité; trop d’ambitions derrière les prises de positions en forme de retranchements et de sièges. Si la bataille s’annonce perdue pour Manuel Valls, le combat devra être livré à la prochaine occasion car le débat de fond, un peu oublié par la forme que prennent les évènements de la rue, porte bien sur une réforme du droit du travail, en accord avec la réalité du monde des entreprises. C’est ainsi, plus aucune réforme ne sera votée et appliquée d’ici à mai 2017 en attendant l’élection présidentielle. François Hollande aura beau dire et faire, il devra accepter de se séparer de son premier ministre et retirer sa loi; il y est maintenant acculé pour rétablir la paix sociale à quelques jours de l’Euro de football et en plein état d’urgence qui s’est transformé en urgence pour l’Etat.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s