#etatdurgence et manifestations CGT-FO: jusqu’où?

Que cherchent par leur jusqu’au-boutisme, les syndicats opposés à la loi El Khomri?

  • un coup d’état (médiatique)?
  • défier l’autorité, non de l’état mais du gouvernement Valls?
  • pousser la population à manifester dans la rue?

Manifs interdites CGT_FOLe bras de fer qui risque de se terminer en bras d’honneur des syndicats envers le gouvernement est malsain et contraire à l’esprit de la loi contestée (voire mort-née) qui instaure le dialogue social. Plus qu’un déni de démocratie, de part et d’autre il faut bien l’admettre, c’est à un hold-up syndical auquel nous assistons. Les enjeux de part et d’autre deviennent si intenses qu’il en va d’une question de vie ou de mort. Faudra-t-il en passer par un ou plusieurs morts sur le champ de bataille des manifestations pour prendre conscience de l’irresponsabilité de certains à vouloir mettre le feu aux poudres d’une situation explosive? Car le sujet devient vital pour le gouvernement comme pour la CGT et FO.

Pourquoi chercher à braver l’autorité de l’Etat et du ministre de l’intérieur qui, parfaitement dans son rôle et dans le droit, décide d’interdire une manifestation (et non toutes les manifestations) en raison d’un possible trouble à l’ordre public et en plein Etat d’urgence maintenu à l’occasion de l’Euro de football?

dialogue social 2Pourquoi engager cette nouvelle épreuve de force alors que plusieurs grèves et manifestations ont déjà eu lieu? Pourquoi les partis politiques n’arrivent-ils pas à reprendre le flambeau si contestation il y a de l’opinion publique pour débattre au Sénat puis à nouveau à l’Assemblée Nationale sur le fond de la loi de modernisation du dialogue social? Pourquoi prendre le risque d’affrontements aussi bien verbaux que physiques dans un environnement où la mondialisation ne doit pas être confondue avec le chant de l’internationale socialiste pour une lutte finale même si c’est aujourd’hui la fête de la musique.

dialogue socialSi le dialogue social doit se résumer en un simple rapport de forces et de conflits à coups de grèves puis de pavés lancés sur les forces de l’ordre, alors le syndicalisme n’a plus sa place dans les négociations et le paritarisme aura vécu. Au delà du principe de responsabilité qu’anime tout dirigeant (politique ou syndical), c’est à une paix sociale et non à un combat de rue que la société civile aspire même si l’air est très pollué par les fumigènes et bombes larymogènes. Il est urgent de revenir autour de la table pour discuter entre personnes de bonne compagnie.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s