#attentatNice: Quand le silence manifeste la colère

Après l’attentat du 14 juillet à Nice, il se passe véritablement un étrange phénomène sociologique, un changement radical dans les esprits, toutes tendances politiques confondues: une colère gronde et s’exprime de plus en plus contre nos dirigeants, qu’ils soient en charge de collectivités territoriales ou à la tête de l’Etat.

Cazeneuve et QAGLe gouvernement s’offusque des critiques, légitimes, et voudrait éviter le débat contradictoire; se justifier en rendant des comptes à la Nation? Désolé messieurs, mais nous sommes en République, en démocratie parlementaire et nos représentants de l’Etat sont des responsables car des décideurs et à ce titre, doivent pouvoir expliquer leurs actes.

Pourquoi l’Etat ne pourrait-il faillir à ses missions régaliennes? Peu de gouvernement et de chefs d’Etat ont le courage politique de reconnaitre leurs erreurs pour pouvoir les réparer et s’excuser pour les avoir commises puis en tirer les leçons pour l’avenir. S’il est effectivement trop tôt pour conclure quant aux responsabilités des uns et des autres, les victimes et leur famille mais aussi toute l’opinion publique a aujourd’hui besoin d’entendre des excuses publiques et circonstanciées émanant des différents responsables. Ils ont envie d’entendre à la place du silence que “oui, il se peut que nous ayons commis des erreurs et des fautes; qu’une commission d’enquête (parlementaire?) doublée d’une enquête administrative (par l’IGPN?) seront en charge d’établir les dysfonctionnements, les manquements ou les négligences constatés lors de la préparation et lors des festivités de la fête nationale à Nice.

cour de justice de la republiqueIl n’est pas impossible, au vue des plaintes à venir, déposées par les familles endeuillées, que l’on assiste à une saisine de la Cour de justice de la république.

  • A force de prendre les français pour des imbéciles jusqu’à en oublier la prochaine échéance électorale de 2017;
  • A force de dissimuler des informations; voire de les détruire…
  • A force de se retrancher derrière les minutes de silence;
  • A force d’oublier qui sont les victimes en cause;
  • A force de ne pas nommer les choses par leur nom au risque de confondre l’Islam avec le Salafisme;
  • A force de ne pas choisir entre un état de guerre contre l’EI et des terroristes radicalisés;
  • A force de…..

Les français expriment leur colère, froide, parfois silencieuse et parfois non. Au delà d’une crise politique majeure, c’est une crise morale et une crise de confiance entre les français et l’Etat, ses fonctions régaliennes et le sens des responsabilités qui incombent aux gouvernants. Voila pourquoi, les français critiquent l’Etat et pourquoi ils décident de ne plus se taire pour exprimer haut et fort leur ras le bol devant tant de négligence et tant d’incompétence au sommet de l’Etat.

Attention à l’étape suivante qui mène à la désobéissance civile.

On parle de « désobéissance civile » lorsque des citoyens, mus par des motivations éthiques, transgressent délibérément, de manière publique, concertée et non violente, une loi en vigueur, pour exercer une pression visant à faire abroger ou amender ladite loi par le législateur (désobéissance civile directe) ou à faire changer une décision politique prise par le pouvoir exécutif (désobéissance civile indirecte).

http://www.universalis.fr

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s