#attentats et Etat de Droit: Elements de réflexion.

Face à des barbares, sans foi ni loi; face à un état islamique qui n’a rien d’un état, est-il illégitime et anti-constitutionnel que la France transgresse l’Etat de droit pour un état d’exception?

Il ne faut pas abandonner le débat aux seuls politiques; anthropologues, philosophes, sociologues et juristes constitutionnalistes doivent contribuer à la réflexion. Quelle rôle l’Humanisme doit occuper dans nos prises de décisions dès lors que l’humain a disparu pour laisser place à la sauvagerie, dès lors que la Nature reprend ses droits sur la Culture en privilégiant la violence comme moyen d’expression de la colère?

Constitutions et etat de droitNous ne sommes plus au temps des Gentlemen pour faire la guerre, dans le respect des conventions de Genève; nous faisons face à des tueries en masse réalisées par des exécuteurs de basses oeuvres, des jeunes manipulés ou des malades psychiatriques recrutés par des mouvements salafistes qui n’ont rien d’enfants de choeur. Peut-on seulement les appeler combattants et leur appliquer des “droits”? Et en se référant à quelle branche du droit?

Hélène Tigroudja adresse la question: Quel(s) droit(s) applicable(s) à la guerre au terrorisme au lendemain de l’attentat du 9/11 à NYC.

Qu’est-ce que l’Etat d’exception?

Etat d'exception

Définition de l’Encyclopédie Universalis

Etat de droit en politiqueCe débat apparaît cruellement, aujourd’hui et a posteriori, comme beaucoup plus pertinent et utile que les discussions stériles qui ont entouré pendant de longs mois et distrait le Parlement de ses priorités, la déchéance de nationalité; et pour quel résultat au final? La démonstration de son inutilité car tous les terroristes des derniers attentats sont morts en cours d’opération, neutralisés par les forces de police. La déchéance de nationalité pour les deux derniers (St Etienne de Rouvray), français, eût été d’un impact nul sur le passage à l’acte tant leur détermination était forte. Pour autant, des mesures exceptionnelles d’investigation, de recoupement de fichiers S, de suivi des condamnations avec aménagement de peine (bracelet électronique) auraient probablement permis d’éviter ce massacre sacrificiel sur l’autel de l’église.

Dans un régime de terreur, la peur s’entretient par des attaques symboliques, ciblant notre civilisation judéo-chrétienne, notre culture latine, nos habitudes et moeurs occidentales, notre démocratie et ses droits de l’Homme (et de la Femme). Le silence, la prière, la déchéance de nationalité ne viendront pas à bout du terrorisme. Il nous faut penser d’autres mesures, élaborer un nouveau logiciel pour appréhender la mouvance salafiste et disposer d’un arsenal juridique à la hauteur de la situation présente dans le respect des institutions de la V° République mais en se servant des outils constitutionnels qu’elle renferme. Il est plus que temps d’inaugurer ce chantier, un pan de la Task force de réflexion rapide comme enseigné par Patrick Lagadec.(Lire son dernier ouvrage:”Le Continent des Imprévus”). On y parle gestion de crise…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s