#Sarkozy et la liberté de la presse

On a hurlé , à juste titre, contre la grève déclenchée par la CGT qui a bloqué la diffusion de la presse écrite quotidienne (sauf l’Humanité); combien serons nous à manifester contre cette atteinte délibérée à la liberté d’expression et à la liberté de la presse, suite à l’annulation par France2 du reportage d’Elice Lucet sur l’affaire Bygmalion programmée ce jeudi 8 septembre 2016?

Censure politique? Trafic d’influences sur les dirigeants des groupes de presse (écrite ou télévisée). Nicolas Sarkozy s’était déjà fait remarqué par le passé avec Arlette Chabot et n’hésitait à “recadrer” les journalistes comme on relook un portrait avec photoshop: on dégraisse et on affine le sujet pour le rendre présentable voir attirant.

Nous assistons donc la même semaine au difficile exercice de l’exemplarité de notre ex-président (de la république et des républicains) qui a commencé par s’en prendre à l’indépendance de la justice avec son possible renvoi en correctionnelle dans l’affaire Bygmalion; aujourd’hui il s’attaque à la liberté de la presse et obtient la censure (provisoire?) d’un reportage le mettant en scène (en cause?); pourtant, la loi a prévu un droit de réponse dans la presse audio-visuelle justement pour permettre d’apporter des éléments de réponse suite à une mise en cause:

“Si la mise en cause d’un individu est une condition nécessaire, elle n’est pas pour autant suffisante. La personne doit avoir été atteinte dans son honneur ou sa réputation : une atteinte qui suppose un préjudice, lequel résulte d’imputations à caractère diffamatoire, injurieux ou offensant.”

L’équilibre est ainsi respecté entre le droit à l’information et la défense de l’honneur et de la probité des personnes citées. J’ai le souvenir de référés portant sur la parution de livres ou d’images où la justice a eu à se prononcer sur l’interdiction de diffuser telle ou telle information; dans le cas d’espèce du reportage prévu pour être diffusé dans “Envoyé Spécial”, qui a pris la décision de censurer ce reportage: Michel Field (Directeur de l’information)? Delphine Ernotte (Présidente de France Televisions)?

ernotte_field_francetv

Sur quels motifs?

  • Un chantage du candidat à la primaire des républicains, Nicolas Sarkozy, de ne pas participer à l’Emission Politique, nouveauté de la rentrée sur France2?
  • Des pressions juridiques de recours en diffamation de l’ex-président sur le financement de sa campagne électorale de 2012?
  • Auto-censure du directeur de l’information, conforté par sa Présidente pour éviter les ennuis et plaire à son auditoire/baromètre des annonceurs?

Tout ceci est à la fois bien étrange et très discutable sur le fond; au final, il existe un risque que ce refus à diffuser une information à un moment clé pré-électoral ait un effet contre-productif pour le candidat Sarkozy: apparaitre comme un homme politique autocratique voire despotique parce que liberticide.

C’est une déception; hélas, pas une surprise.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s