#Matthew et Haïti: Vers un nouveau chaos sanitaire et social?

Haïti: Ce pays francophone qui partage une ile des caraïbes avec la République Dominicaine a été à nouveau ravagé par la tempête/typhon Matthew.

C’est aujourd’hui, plus que jamais, l’occasion de porter aide à la population, sous peine de non assistance à personnes en danger.

typhon-matthewFaisant suite à un terrible tremblement de terre en janvier 2010, le pays connait à nouveau une catastrophe sanitaire et sociale. Il n’a pas réussi, malgré les soutiens de l’ONU et de nombreuses ONG à reconstruire une infrastructure et une organisation politique capable de répondre aux besoins vitaux de la population.

On peut s’interroger sur la gestion des risques de catastrophe naturelle comme celle-ci:

  • un typhon,le plus puissant depuis dix ans,
  • ravageant un pays dépourvu d’infrastructure hospitalière
  • un système sanitaire déplorable,une insalubrité
  • une épidémie de choléra devenue endémique,importée par l’ONU

Il y avait tout lieu de prévoir les conséquences de ce désastre en termes:

  1. d’accès à l’eau potable,
  2. au relogement des populations sinistrées aux habitats précaires détruits,
  3. de risque d’épidémie de gastro-entérites et de choléra.

haiti-post-tempetePourquoi l’ONU, l’OMS, la communauté internationale, sommes-nous incapables d’anticiper la réponse aux besoins; de pré-positionner des hommes et du matériel que nous commençons seulement à envoyer sur place, tardivement, pour éviter et lutter contre les menaces en santé publique?

A l’instar d’Ebola en Afrique de l’ouest, les moyens à mobiliser relèvent des armées pour la partie logistique et travaux publiques/infrastructure lourde avec engins de levage et de chantiers. Ce n’est pas que de l’aide humanitaire; c’est à nouveau un énorme chantier durable pour reconstruire ce pays et lui donner une apparence d’humanité. Serons nous capables de relever ce défi à temps?

La France envoie des équipes de la Protection Civile pour l’assainissement et le traitement de l’eau potable. Mobilisera-t-on l’EPRUS comme soutien sanitaire et hopital de campagne pour prendre en charge, en milieu reculé, les victimes et les malades des suites du typhon meurtrier (>1000 morts à cet instant)?

Care est l’une des ONG bien implantée sur Haïti depuis des années.Vous pouvez faire un don

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s