#santetravail et #burnout:Pourquoi je suis en colère contre Muriel Pénicaud!

Tout a démarré par la lecture de cet article de Muriel Pénicaud affirmant que le burn-out n’est pas une maladie professionnelle…

et puis cela a continué avec les 8emes journées de la santé et du bien-être au travail dont une session était animée par Charlotte Lecocq, en charge d’un rapport sur la réforme de la santé au travail et la prévention des accidents et maladies professionnels. Les conseils d’administration des sociétés du CAC 40 sont très sensibles aux impacts des politiques de responsabilité sociétale et ont de plus en plus de compte à rendre à leur actionnariat sur des sujets comme les risques psycho-sociaux, le harcèlement moral et à présent la gestion des cas de burn-out.

A grand renfort de programmes de qualité de vie au travail (QVT), de bien-être voire de la mise en place de chief happiness officer pour promouvoir le bonheur au travail, il ne faudrait pas basculer dans un marketing social à seule fin de couvrir la une des rapports annuels sur la gouvernance des entreprises et le développement durable.

Notre chère ministre, ancienne DRH de grands groupes du CAC 40 devrait lire la définition du burn-out dans le document disponible sur le site de son ministère du travail:

Le burnout, syndrome d’épuisement professionnel
Le terme «burnout » qualifie à l’origine une construction sociale et scientifique apparue dans les années 1970, pour décrire l’épuisement au travail de professionnels de l’aide et du soin.”

puis la Psychologue Christina Maslach de préciser: ” le burnout se traduirait par un état d’épuisement professionnel (à la fois émotionnel, physique et psychique) ressenti face à des situations de travail « émotionnellement » exigeantes

J’admire la construction intellectuelle de la ministre pour définir le burn-out  comme un syndrome d’épuisement professionnel et “en même temps” ne pas reconnaitre sa qualification en maladie professionnelle.

On comprend mieux aussi la position du gouvernement lors de propositions successives pour inscrire le burn-out sur la liste des maladies professionnelles que ce soit le député  François Ruffin (LFI) ou Stephane Viry (LR). Car et pour plagier une série TV, la vérité est ailleurs…

On nous dit préférer la prévention des RPS et du harcèlement qui est devenue une obligation de sécurité de résultat en matière de santé et sécurité au travail, à la reconnaissance et à l’indemnisation du burn-out comme maladie professionnelle.

Etre ou ne pas être; là est la question du burn-out pour savoir qui va payer pour ses conséquences psycho-sociales et l’inaptitude temporaire voire définitive des victimes? Jusque là, la solidarité nationale via l’assurance maladie couvre les dépenses et indemnise les victimes; en situation de maladie professionnelle, ce serait la branche ATMP, alimentée par les cotisations des employeurs, qui indemniserait. Dans l’argumentaire déployé par nos députés, la responsabilisation des employeurs serait pourtant un facteur déclenchant pour promouvoir la prévention dès lors que l’on admet qu’il vaut mieux prévenir que guérir en termes de coûts; tout investisement dans le domaine de la santé au travail génère un retour sur investissement de 2.5 à 5 fois la mise initiale…Dès que l’on touche au budget et au provisionnement des pertes financières des entreprises, on voit curieusement émerger des solutions pour investir dans la prévention.

Ne serait-ce pas à madame la ministre du travail à porter le flambeau de la reconnaissance du burn-out comme une maladie professionnelle au lieu de la comabattre aussi mal; à moins que cela ne soit une stratégie en marche…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s