Agnès Buzyn va-t-elle bientôt interdire l’utilisation des masques antipollution ?

Encore une histoire de fous où l’on se laisse enfumer au point de ne plus savoir qui fait quoi dans cette plus que nébuleuse pollution aux particules fines et son simpact sur la santé ausi bien des trav ailleurs exposés que du public.
Où l’on retourve le dilemne entre un principe de précaution et un équipement de portection individuel (EPI) sous la forme de masques faciaux qui filtrent les particules fines (dont les virus).
masque FFP3La question ici posée était donc de savoir si les masques disponibles à la vente, type FFP3 (norme EN 149:2001) sont efficaces et par voie de conséquence à recommander en situation d’exposition à une pollution de l’air?La réponse de l’agence gouvernementale, l’Anses est visiblement :NON, préférant agir directement sur la source émettrice de polluants et ainsi de ne pas reconnaitre nio efficacité, ni avantage en terme de santé publique.
C’est un peu choquant tout de même et au moins pour deux raisons:
1) cette position de l’Anses va à l’encontre de la norme européenne EN 149; la conséquence devrait donc être de supprimer cette norme et de la remplacer par une autre qui permettrait aux fabricants de vendre des appareils respiratoires sécurisants par une protection efficace.
2) On prend le risque sanitaire de ne pas préconiser le port d’un masque antipollution même si celui-ci représente, pour le moment, le seul moyen pour diminuer les impacts de la pollution sur la santé. (je renvoie au débat sur prévention/principe de précaution).

En guise de conclusion (provisoire):
N’y a t il pas derrière cette prise de position assez étonnante, la difficile position du gouvernement et des ministères de la santé et du travail, a devoir financer et mettre en oeuvre la distribution de tels masques à chaque épisode de pic de pollution?
Je n’ai pas la réponse médicale à cette question politique…

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

C’est un rapport assez dérangeant. Un document nettement plus politique que ce que laisse penser son titre : « Évaluation du bénéfice sanitaire attendu de dispositifs respiratoires dits antipollution ». Rendu public aujourd’hui par l’Anses ce rapport établit que rien ne permet, raisonnablement, de recommander l’utilisation des masques dits « antipollution ». Au terme d’une longue « expertise collective » les auteurs concluent ainsi à l’insuffisance de données disponibles pour attester d’un bénéfice sanitaire lié au port de ces masques par le grand public.

Deux points principaux. La plupart des dispositifs proposés à la vente sur le marché français sont conçus pour protéger des particules présentes dans l’air ambiant et ne protègent pas contre les substances présentes à l’état gazeux. Plus grave : le port d’un masque dit « antipollution » peut donner un faux sentiment de protection à son utilisateur et entrainer des comportements conduisant éventuellement à une surexposition aux polluants dans l’air.

View original post 302 more words

2 thoughts on “Agnès Buzyn va-t-elle bientôt interdire l’utilisation des masques antipollution ?

  1. Le masque papier est destiné à lutter contre les poussières ou les grosses particules (pas de protection contre les gaz, ni des micro et nanoparticules !) : donc à peu près inutile contre la pollution urbaine, sauf en cas d’ épidémie pour éviter d’inhaler les gouttelettes contaminées : ” Equipements Individuels de Protection des voies respiratoires ” : http://www.officiel-prevention.com/protections-individuelles/les-voies-respiratoires/detail_dossier_CHSCT.php?rub=91&ssrub=127&dossid=226

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s