Dysfonctionnements à l’#Elysée après l’affaire #Benalla: un plan d’action annoncé pour la rentrée!

Il aura donc fallu une manifestation qui dégénère le 1er mai, la parution de l’article du Monde le 18 juillet; puis les réactions politiques en cascade avec deux commissions d’enquête: l’une à l’Assemblée Nationale, mort née; l’autre au Sénat heureusement plus constructive et pertinente sous l’impulsion sereine de Philippe Bas…pour identifier au grand jour des dysfonctionnements au sommet de l’état. Mieux, après cette prise de conscience qui fait suite au déni initial, le secrétariat général de l’Elysée annonce un audit suivi d’un plan d’action et la réorganisation de ses services pour la rentrée.

Refonte du service de sécurité et de la protection du Président; nomination et création d’un responsable du recrutement et de l’affectation des personnels de l’Elysée; définition des missions et des objectifs des différents services…voici ce qui nous est promis comme mesures pour remédier à tous ces dysfonctionnements.

Arrivera t on à comprendre puis à expliquer le choix, les fonctions et les privilèges dont a bénéficié le lieutenant colonel de réserve Bénalla , armé à l’insu de son plein gré, équipé comme un policier et disposant d’une immunité quasi diplomatique et d’un passeport?

Comment tous les services de l’Etat ont ils réussi à se laisser berner  par un individu suspect qui joue des coudes en prétendant être un proche du président de la république à coup de carte de visite et de bluff.?

Comment la sécurité et la protection du chef de l’état se joue à coups de poker menteur sans que personne ne vérifie les dires et les documents pour autoriser une affectation ou la présence comme observateur au milieu des forces de l’ordre d’une personne en repos, non missionné par sa hiérarchie?

Heureusement que le plan Vigipirate est activé!…

Faire plaisir à son chef peut se comprendre mais tomber à ce point dans une complaisance malsaine qui témoigne d’une légèreté qui frise l’inconscience n’est pas chose admissible à ce niveau de responsabilité. Ce n’est même plus une question de contre-pouvoir mais bien une culture du contrôle de la sécurité: un principe de base lorsque l’on parle d’un service de protection des personnalités.

Ici, il a été clairement identifié un petit groupe de personnes agissant principalement pour le propre compte et sans avoir de comptes à rendre. Passe-droits, privilèges indus, au dessus des lois et règlements donc hors la loi…la liste est longue des délits commis par deux personnes dont l’une illégalement armée pour observer une manifestation. Vincent Crase aurait il fait usage de son arme de poing en situation de danger pour lui ou son acolyte? Il n’a pas hésité à sortir sa matraque télescopique…

Gardons à l’esprit que ces deux personnes assuraient la sécurité à l’Elysée; plus c’est énorme et plus ça passe; ou bien ça casse. End of the story!

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s