La Sécu informe les entreprises sur (et dans) le dos des salariés. L’Ordre n’est pas inquiet

Prévention des ATBig data et la santé au travail: Pourquoi refuser une information utile pour les entreprises en vue de mettre en place une politique de prévention des risques et maladies professionnels?
Saluons au contraire cette initiative en forme d’experimentation et évaluons l’apport en terme de pertinence de l’information et vėrifions la protection des données traitées pour assurer la confidentialité médicale.
En janvier 2016, l’état a autorisé l’accés aux bases de données de la sécurité sociale, ouvrant ainsi la possibilité de traitements informatiques en vue de statistiques; démarche validée par la CNIL qui en garantit la sécurité et l’anonymat.
Alors pourquoi nos amis médecins s’affolent ils alors que le conseil de l’ordre reste confiant sur la démarche méthodologique?
N’est on pas une nouvelle fois en train de mettre le doigt sur l’incongruité de séparer la santé au travail de la santé publique. Rappelons qu’il appartient au médecin du travail de proposer aux entreprises des mesures de prévention contre les trois pathologies professionnelles: TMS, les lombalgies et les risques psycho-sociaux. La mise à disposition des résultats de cette étude leur fournira des éléments objectifs pour mesurer les risques et déclencher les actions préventives.
Mieux vaut prévenir que guérir….sans compter les économies de santé et la réduction des coûts pour l’entreprise en lien avec l’absenteisme.

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

L’affaire commence à faire un peu de bruit dans les médias. On se demande pourquoi.  Résumons : dans un entretien accordé à l’Express/L’Entreprise  le chef du département des « services aux assurés » de l’assurance-maladie, Laurent Bailly, annonce une expérimentation hardie en direction de cinq grandes entreprises de plus de 200 salariés ayant des taux d’absentéisme atypique (à Amiens, Bourg en Bresse, Marseille, Grenoble et l’une sur la Côte d’opale). Il s’agit d’alerter ces entreprises sur leur score record, tout en les informant sur les motifs d’absences de leurs salariés. Objectif affiché : « challenger » ces entreprises « pour faire amorcer une réflexion sur ses conditions de travail, en vue de faire baisser le taux d’absentéisme »,  justifie ce responsable du « service aux assurés ».

Il précise que pour encourager cette « prise de conscience », la Sécu communique d’abord à l’entreprise concernée les coûts d’absence en convertissant « les absences en coût…

View original post 374 more words

Trompe-l’oeil : onze #vaccins sont obligatoires mais l’obligation vaccinale est supprimée.

Je vais devoir réviser le droit médical en matière de responsabilité après cette proposition de ne pas rendre obligatoire la vaccination de 11 vaccins obligatoires pour les enfants <18 mois.
Entre droits des patients et obligations, entre responsabilité administrative de l’Etat et responsabilité civile des parents et des médecins, c’est un imbroglio juridique qui se prépare avec recours au tribunal des conflits pour savoir vers quelle juridiction se tourner en fonction du cas de figure.
On est loin du sujet initial, à savoir la prévention des maladies infectieuses infantiles; un sujet de santé publique sur le long terme.
Entendre parler de surcoût pour l’assurance maladie alors qu’il s’agit d’investir dans l’avenir pour réduire les dépenses de santé en lien avec ses pathologies infectieuses est plus que maladroit mais inapproprié.

J’essaye d’imaginer l’hypothèse d’associations de conducteurs refusant la limitation de vitesse sur les routes au prétexte qu’elle ne diminue pas le nombre des accidents de la route; la limitation obligatoire existe bien mais le respect de l’obligation ne serait mis en cause qu’à l’occasion d’un accident avec excès de vitesse?
Est ce bien raisonnable en ces temps difficiles et obscurs de créer de la confusion; attention danger: Il y a un manque de cohérence actuellement en politique de santé. (voir politique de lutte contre le tabagisme)

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

C’est fait :  les modalités de l’extension de la vaccination obligatoire des enfants de moins de 18 mois viennent d’être présentées en conseil des ministres dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018. Reste l’examen du texte par l’Assemblée nationale. On imagine mal la majorité macroniste faire, ici, marche arrière.

On en connaît l’essentiel : tous les enfants qui naîtront après le 1er janvier 2018 devront recevoir, avant d’avoir atteint l’âge de 18 mois, onze vaccins pédiatriques : antidiphtérique, antitétanique, antipoliomyélitique (déjà obligatoires), et les vaccins jusqu’à présent recommandés, contre la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type B, l’hépatite virale B, les infections invasives à pneumonocoque, la méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons, la rubéole. Tous les vaccins obligatoires seront pris en charge à 65 % par l’assurance-maladie – à l’exception du ROR, remboursé à 100 %. Gratuité dans les centres publics de vaccination…

View original post 448 more words

Le « Mois sans #tabac » sera sans cigarette électronique (#ecig). Invraisemblable déni politique

Le Moi(s) sans tabac pourrait être l’occasion d’un véritable challenge; challenge pour les fumeurs en premier lieu, mais aussi, challenge pour les autorités en charge de la santé publique sous l’autorité de notre ministre Agnès Buzyn, médecin cancérologue.
Au lieu de cela, on continue à nous bercer d’illusions très vaporeuses qui s’envoleront en fumée aussitôt…
Rien sur l’aide au sevrage tabagique des cigarettes électroniques et pas d’annonce fracassante pour une augmentation drastique du prix du tabac au dessus des 10 € comme préconisé.
On aurait pu rêver (sans cannabis) sur des terrasses de café restaurant vides de fumeurs pendant le mois de novembre. On y arrive pour les voitures mais trop compliqué à mettre en oeuvre pour le tabac, il faut croire.
La France aura une nouvelle fois démontré son incapacité à lancer des actions de prévention en dépit de paroles bienveillantes.
C’est bien dommage!

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

Ne pas se lasser: mesurer ce que peut-être la profondeur abyssale d’un déni. Résumons. Le ministère des Solidarités et de la Santé et « Santé publique France » (en partenariat avec l’Assurance Maladie) viennent de lancer la 2e édition de #MoisSansTabac. Mais que serait un lancement sans un communiqué de presse rédigé par des « communicants » ? Le voici : « Mois sans tabac, 2e édition : pour arrêter de fumer ensemble et en équipe ».

C’est là une décalque du « Stoptober » britannique lancé en 2012 – opération pleinement maîtrisée qui, cette année encourage ouvertement le recours à l’e-cigarette. En France (bilan catastrophique, 32% de fumeurs réguliers, plus de 75.000 décès prématurés) la cigarette électronique n’existe toujours pas dans la sphère politique sanitaire. De ce point de vue la politique d’Emmanuel Macron est un parfait copié-collé de celle de François Hollande. Et Agnès Buzyn a choisi les mêmes impasses que…

View original post 383 more words

Jupiter- tabac : le prix n’augmentera pas avant les calendes de la seconde année du quinquennat  

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

Des politiques présentées comme différentes peuvent avoir les mêmes effets. Le 4 juillet, le Premier Ministre Édouard Philippe II prononcera devant l’Assemblée nationale son discours de politique générale. L’ancien maire du Havre a donc demandé expressément aux principaux ministres de faire remonter une note de dix pages détaillant la vision de leur propre travail ministériel ; une « feuille de route ». Et le Premier ministre d’en faire son miel politique : y puiser sources d’inspiration et imposer ses premiers arbitrages.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé (et des Solidarités) a fait le travail demandé par Matignon et, curieusement, la feuille de route a « fuité » (sans que l’origine de la fuite soit encore localisée). Nous avons vu que L’Argus de l’assurance avait été privilégié. Le site des buralistes a aussi observé que L’Argus avait tweeté : « Feuille de route d’Agnès Buzyn : la lutte contre le tabagisme sera intensifiée en augmentant dès…

View original post 106 more words

E – cigarette : n’en déplaise à Tabac Info Service, elle peut vraiment aider à arrêter de fumer

Source: E – cigarette : n’en déplaise à Tabac Info Service, elle peut vraiment aider à arrêter de fumer

Le discours de Tabac Info service est à l’image du paysage politique laissé par le quinquennat Hollande: un vaste champ de cendres produisant des fumées toxiques; inadapté et obsolète.
Le débat porte toujours sur la prévention du tabagisme et rien n’empêche de promouvoir la cigarette électonique dans un programme de santé publique en y glissant une dose de principe de précaution au cas où la science se serait trompée.
Relire ce post http://wp.me/p55Zh8-bW

Cigarette électronique, tabac et réduction des risques : le quinquennat qu’il ne fallait pas

Tout est dit! Un manque d’implication de l’Etat dans la santé publique mais la nouvelle agence nationale de santé publique doit encore trouver sa place; restons optimistes.

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

Une nouvelle étape, politique, vient d’être franchie dans la jeune histoire de la cigarette électronique. Les conclusions du deuxième « Sommet de la Vape » organisé le 20 mars à Paris 1 ont, estiment ses organisateurs, permis d’établir un « consensus absolu » entre (quelques) instances dirigeantes de santé publique, les sociétés savantes, les usagers et les professionnels du secteur. Et ce consensus peut être formulé en une phrase, à la fois médicale et politique : « la vape est un outil de réduction des risques tabagiques ».

« Il est remarquable de constater qu’il n’existe plus de discussions pour affirmer que vapoter est une réduction de risque très importante pour un fumeur, même s’il existe des divergences d’avis parmi les participants au sommet de la vape sur d’autres points. Recommander la vape à un fumeur comme moyen de sortie du tabac apparaît bénéfique au plan individuel pour l’ex-fumeur et pour la société.

« Il…

View original post 536 more words

Avant l’été Marisol Touraine aura libéré quelques terrasses de café de la fumée de cigarettes

Terrasse sans tabacEn matière de politique de santé publique ou devrais-je dire d’absence de politique de lutte contre le tabagisme au cours de ce quiquennat, il reste curieux de promouvoir sous forme d’une campagne de communication “Ma terrasse sans tabac” en lieu et place d’une politique répressive sur la consommation de tabac dans les lieux publics.
Imagine-t-on le Général De Gaulle décider de ne pas émettre des particules fines en terrasse sur les jours de pics de pollution?
On interdit ou pas de fumer du tabac dans les espaces publics!
Vient ensuite la discussion sur un traitement médical différent de l’interdiction entre cigarette (tabac) et vapotage (nicotine); comptons sur l’agence nationale de santé publique pour faire la lumière en France alors que nos amis européens et même britanniques ont déjà reconnu la valeur ajoutée du vapotage dans la réduction des risques pour la santé et le tabagisme passif.
Ainsi et pour revenir à l’objet du moment, l’autorisation de fumer en terrasse, serait-il intéressant de faire une pierre deux coups en autorisant les vapoteurs mais en interdisant les fumeurs de cigarettes en terrasse car on incite les fumeurs à vapoter pour profiter des terrasses: CQFD.
Probablement trop simple pour être appliqué par nos politiques?

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

« Ma terrasse sans tabac ». Voilà, une nouvelle fois, une bonne intention individuelle qui signe l’absence d’une réelle volonté politique. Et une nouvelle fois, des mots masquent l’essentiel du réel – quand ils ne le tordent pas.

« Ma terrasse sans tabac »… Que recouvre cette formule lancée dans l’attente du printemps ?

« Pour que chacun puisse profiter des espaces extérieurs des cafés et restaurants sans subir la fumée du tabac, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, lance aujourd’hui l’opération ‘’Ma terrasse sans tabac’’. Ce dispositif inédit, auquel les représentants des professionnels de l’hôtellerie, de la restauration et des débits de boissons ont été étroitement associés, doit permettre aux Français d’identifier les terrasses qui proposent des espaces totalement ou partiellement libérés de la fumée. »

Participatifs

« Ma terrasse sans tabac » ? Le slogan s’appuie sur une charte signée par les cafetiers et restaurateurs. A travers elle, ces professionnels s’engagent à « créer un…

View original post 367 more words

Lézardes : Marisol Touraine sera-t-elle la responsable d’une fracture vaccinale nationale ?

En médecine,il y a la fameuse maxime:”D’abord ne pas nuire”.
Marisol Touraine a trouvé le moyen de ne pas nuire en s’abstenant; elle oublie juste ses prérogatives en santé publique et ses responsabilités en matière de droit administratif. Peut-on parler de négligence et d’homicide par imprudence par La violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité prévue par la loi ? On peut aussi y inclure la vaccination obligatoire contre la grippe pour les personnels soignants.

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

En matière de politique vaccinale l’autruche est rarement un modèle à suivre. Combien de temps Marisol Touraine pourra-t-elle faire semblant de croire que rien ne presse ? La décision du Conseil d’Etat sur la vaccination constitue un séisme aux effets multiples dont la ministre de la Santé ne pourra pas longtemps faire l’économie. Un nouvel événement témoigne de l’urgence de la situation et de l’absolue nécessité d’une prise de parole ministérielle : une vingtaine de société savantes, institutions et syndicats viennent de prendre la parole d’une même voix.

Ils rappellent et résument l’essentiel : 1 le Conseil d’Etat constate qu’il existe sur le plan juridique une inadéquation entre une obligation vaccinale concernant trois vaccins (diphtérie, tétanos et poliomyélite – DTP) et l’absence de présentation disponible pour chacun d’entre eux isolément ; 2 le Conseil d’Etat écarte cependant l’argumentation des requérants sur les risques allégués des vaccinations non obligatoires associées aux trois vaccinations obligatoires …

View original post 902 more words

Morts et grippe : Marisol Touraine ne relance pas la polémique sur les vaccinations

Fantastique flash back de 2015.
Les mêmes causes produisent les mêmes effets mais notre ministre poursuit la meme erreur: simple négligence ou flagrante incompétence en santé publique? Certains n’apprendront donc jamais de leurs erreurs?
13 morts évitables à Lyon dans un EHPAD à comparer avec une campagne de vaccination pour 650 €.
Combien de temps encore devrons nous attendre pour faire bouger les choses et rétablir l’obligation vaccinale antigrippale pour les soignants?.

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

Marisol Touraine déplore. La ministre des Affaires sociales, des la Santé et des Droits des femmes vient de déplorer  que les personnes de plus de 65 ans et les professionnels de santé n’aient pas été suffisamment vaccinés contre les infections grippales. Elle le fait alors que l’InVS vient de commencer à évoquer le poids de la surmortalité qui pourrait être attribuée à ces infections épidémiques et alors que le Premier ministre s’est engagé à faire toute la transparence sur cette mortalité depuis les urgences de La Pitié. Grippe sujet devenu en France éminemment politique.

Ne pas se résoudre

Interrogée sur la surmortalité enregistrée depuis la mi-janvier (évaluée à 8 500 morts avant ajustements) par l’InVS Mme Touraine a indiqué qu’on constatait une augmentation de la mortalité chaque hiver mais « cette année sans doute plus que les années précédentes ». La ministre  a également évoqué une épidémie de grippe « plus…

View original post 507 more words

Officiel : l’IGAS vient de confirmer que la grippe peut être mortelle chez les personnes âgées

Tout ça pour ce rapport de l’IGAS? Quelle déception pour ne pas dire plus…
A commencer par ce collège d’experts inspecteurs: l’un est psychiatre et spécialiste en santé publique (organisation des soins);l’autre est un ancien directeur de CHU de formation juridique.
Curieusement, pas d’épidémiologiste/infectiologue-virologue pour expertiser une épidémie de grippe?
Résultat: des faits manquants comme la détermination de la “source” de contamination: un soignant? un visiteur? et en retracer le parcours (de chambre en chambre;suivi des familles de visiteurs et des soignants).
Parler de prinicpe de précaution au lieu de prévention de la grippe en EHPAD est un peu fort de café pour un juriste (relire le Principe de précaution co-écrit par Mme le Pr G.Viney).
Last,not least…pas un mot sur l’indication ou la contre-indication des antiviraux en traitement curatif voire préventif. Que le débat ne soit pas aborder est une faute professionnelle, une absence d’honnêteté intellectuelle. On a préféré discerter sur le bénéfice/risque de la vaccination des soignants et des résidents en EHPAD et sur la composition du vaccin…ce qui n’est ni le lieu ni le moment; surtout quand le débat a eu lieu et que la loi l’a institué depuis 2004 même si abrogé en 2006 pour la grippe. Donc hors sujet; la seule question à poser à Madame la Ministre est de savoir si le rétablissement de l’obligation vaccinale contre la grippe qui concerne les professionnels de santé présente un caractère d’urgence (sujet déjà débattu sur l’opportunité du décret d’octobre 2006).
Ce rapport a dû être très discuté du côté des instances (ARS, DGS et ministère de la santé); il aura fallu plus de temps pour débattre du contenu du rapport que pour le rédiger.

Journalisme et Santé Publique

Bonjour

C’était, il y a un mois, une urgence ministérielle rouge et fébrile 1. Souvenons-nous. Le 8 janvier le ministère des Affaires sociales et de la Santé fait savoir qu’il vient d’être informé par l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône-Alpes « de l’importance exceptionnelle de l’épidémie de grippe au sein d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ». Il s’agit de l’EHPAD  Korian Berthelot situé dans le 7ème arrondissement de Lyon. Un établissement de 110 places du puissant groupe Korian – (compter 100 euros par jour et par personne en chambre individuelle).

L’EHPAD visé venait de faire savoir qu’au 7 janvier, 72 personnes avaient contracté la grippe et que 13 d’entre elles en étaient décédées depuis le 23 décembre. Marisol Touraine lançait aussitôt une mission de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) « afin de contrôler la mise en œuvre par l’établissement, depuis le début de l’épidémie, des recommandations des…

View original post 973 more words