#Penelopegate / #Presidentielle2017: Dans la peau de F.Fillon

img_0199Pas facile cette semaine cinématographique;passer de qui veut la peau de …à dans la peau de …F.Fillon. Non sans rappeler d’autres séquences épiques, telle la partie de cartes de Marius revue en Poker menteur.

Pas facile de se réveiller ce dimanche en chrétien de droite et d’être suspecté de mentir aux siens comme à l’opinion publique. Entre perte de confiance et perte de crédibilité, le candidat LR à la présidentielle 2017 s’est lancé dans une introspection qui devrait le mener à prendre une décision sur son avenir politique dans les tous prochains jours. A-t-il encore le choix?

F.Fillon a beau être le candidat élu de la primaire de la droite, il n’en est pas moins homme. Sous ses traits de loup solitaire, se cache un homme pudique qui incarnait jusqu’à peu l’image de probité et d’intégrité: un monsieur propre. En être humain, il réagit aux évènements avec calme qui traduit son double embarras médiatique et émotionnel. Il est depuis une semaine dans le déni de réalité (il ne voit pas où est le mal) avant de passer par une phase de colère et de révolte. Doit venir la phase de déprime qui précèdera la phase finale de la résignation (au propre comme au figuré).

F.Fillon s’expose à un double jugement moral; celui du ressenti des électeurs trahis et celui de sa famille (au sens large) qui se retrouve projetée sous la lumière des médias et de la presse People. Tout ce que les uns et les autres fuient et redoutent. img_0200Certes la vie publique d’un homme politique confère des concessions mais l’image de Pénélope Fillon au meeting de la Villette relève du viol en réunion publique en infligeant à cette femme une surexposition indécente et maladroite même partant sur de bonnes intentions à la base.

En psychiatrie, cela relève presque de la schizophrénie et du dédoublement de personnalité; une situation intenable pour un être sain et surtout une souffrance morale intolérable qui peut mener au pire.

Pour son bien et celui de sa famille, Fillon devra quitter la scène politique après avoir au préalable accompli un dernier rituel; celui de désigner et de choisir non pas son remplaçant mais son légitime successeur à la Primaire en charge de porter les valeurs de la droite et du centre pour relever le défi de la présidentielle.

 

Lettre ouverte à @alainjuppe pour la #Presidentielle2017

juppe-presidentCher Alain,

Je m’adresse publiquement à vous dans l’espoir de vous convaincre de la nécessité de reprendre la route tortueuse qui mène à la présidence  de la République Française.

A l’instar du Général De Gaulle en 1958, vous apparaissez aujourd’hui comme l’homme providentiel au vu de la situation confuse et chaotique du paysage politique. Non pas un plan B, mais un recours incontournable pour relever le défi de battre le FN et d’empêcher la fuite d’électeurs qui vous soutiennent depuis le début de l’aventure AJ vers le charismatique Emmanuel Macron.

Beaucoup autour de moi, y compris des électeurs de gauche, considèrent comme logique votre candidature en remplacement de François Fillon. En Marche est effectivement un mouvement en pleine dynamique qui se cherche; mais c’est un peu le Pari de Pascal en politique alors que la France a besoin de certitudes pour avancer et sortir de l’ornière creusée par 5 années de Hollandisme.

Vous êtes déjà prêt avec un programme complet; vous avez une équipe de campagne facile à remobiliser. Vous disposez d’une bonne opinion publique qui dépasse le traditionnel clivage gauche/droite.

François Fillon a été choisi sur un malentendu, et vous avez perdu par omission de certaines vérités/mensonges non avoués par votre adversaire de la Primaire. Dans ces conditions, ainsi que formulé par Georges Fenech, les 4 millions d’électeurs qui se sont mobilisés ont été bernés par un chantre de la probité et de l’intégrité; comme vous l’avez si bien exprimé, il est préférable d’avoir un passé judiciaire qu’un avenir et vous avez payé cher et longtemps pour le savoir.

La chance tourne et elle se présente à nouveau pour vous, ici et maintenant. Vous ne pouvez pas manquer ce rendez-vous avec les français. A votre belle carrière politique, il manque la fonction suprême de présider la France, de la réformer et de la moraliser pour assurer un avenir heureux à nos enfants. Une France laïque où ils puissent s’épanouir en toute sécurité, y trouver formation et travail, y fonder une famille à leur tour bénéficiant d’une protection sociale et d’un revenu décent.

Entre l’utopie du revenu universel et le pari d’une société en marche vers une inconnue; entre la dérive extrêmiste et radicale de nostalgiques des anciens francs, vous, Alain Juppé, apparaissez comme un homme providentiel et désintéressé; celui capable de remettre en route en seulement 5 années, une économie grippée, de rassembler une large majorité de français qui en ont assez de ces querelles d’hommes et de clochers, des privilèges et passe-droits réservés à une élite qui s’enferme de plus en plus dans une tour d’ivoire, déconnectée de la réalité de terrain et des préoccupations matérialistes car la France d’en-bas a besoin de travailler pour vivre bien et non de passer son temps à vivre pour travailler plus sans gagner plus au final.

Que les jeunes barons républicains qui vous entourent se rassurent; leur tour viendra bien assez vite. Qu’ils en profitent pour apprendre à vos côtés l’exercice du pouvoir et de la diplomatie dans un environnement international incertain.

Les valeurs de la V° République: Liberté, Egalité, Fraternité en ont pris un coup ces dernières années et méritent d’être restaurées sauf à constater un besoin pour changer de régime constitutionnel si la crise institutionnelle perdurait. Là encore, vous sauriez animer les débats et préparer une révision ou un changement de constitution.

Pour terminer cette lettre, je tiens à vous dire que je me suis engagé pour les primaires et à vos côtés par adhésion à votre programme et pour soutenir votre personne; si je n’idéalise pas, je suis convaincu de ce que j’ai écrit plus haut. Ne pas vous voir relever le défi et prendre le flambeau serait pour moi une forme de trahison morale et de renoncement à ces valeurs républicaines. J’en tirerais alors toutes les conclusions pour m’orienter vers d’autres horizons. Vous ne pouvez accepter de nous décevoir…encore moins aujourd’hui car accepter cette mission c’est aussi nous remercier de notre engagement à vos côtés.

#Juppé, l’homme providentiel après le #Penelopegate? l’homme de #presidentielle2017

v-republique-et-consitution-1958En 1958, devant le chaos républicain, De Gaulle apparaît dès lors comme l’homme providentiel pouvant résoudre la crise,”prêt à assumer les pouvoirs de la République ».

Cela donnera naissance le 4 octobre de la même année à la V° République qui repose sur la Constitution toujours en vigueur 58 ans plus tard…Excusez du peu!

Qui pour gouverner la France en 2017? Cette France délibérement orientée à droite après l’échec du quiquennat Hollande; cette France tentée par l’expérience de la nouveauté qu’elle s’exprime au centre avec Macron ou à l’extrême droite avec Le Pen & Co.

La droite a offert aux français une belle primaire qui a vu François Fillon émerger en vainqueur inespéré devant Alain Juppé pourtant désigné de longue date comme investi dans la fonction présidentielle avec l’assentiment de 60% de l’opinion publique…

de-gaulle-en-1958juppe-president

François Fillon incarne l’homme politique intègre et la probité; une éthique et une morale en politique, deux valeurs fondamentales en voie de disparition. Ou plutôt, devrait-on dire avec beaucoup de précaution “incarnait” car depuis la sortie du numéro du Canard Enchainé du 25 janvier 2017, tout est remis en cause et le socle de la moralité du nouveau candidat investi Les Républicains se lézarde de toutes parts et menace de s’effondrer sous peu.

Qui pour le remplacer en cas d’empêchement ou de résignation? Les statuts de la Primaire de la droite n’ont rien prévu en pareil cas et il faut inventer une légitimité en peu de temps car il serait trop tard et coûteux d’organiser un nouveau vote. La réflexion politique a eu lieu et chacun a pu concourir à sa guise et en son nom; certains de la jeune garde s’en sont écartés tels Xavier Bertrand, François Baroin ou Laurent Wauquiez pour des raisons personnelles ou pour s’effacer derrière leur candidat Nicolas Sarkozy ou François Fillon.

Les électeurs de la droite et du centre se sont largement exprimés sur les 7 candidatures retenues pour la Primaire; trois candidats se sont détachés du lot:

  • François Fillon
  • Alain Juppé
  • Nicolas Sarkozy

Le second tour a vu la victoire de Fillon (66.5%) devant Juppé (33.5%). Dont acte dans un premier temps.

Changement de décor et passage de la primaire de la droite à la préparation de la présidentielle de 2017. le Parti Républicain aligné, tous derrière et lui, François Fillon devant. Jusqu’à cet accident en forme de sortie de route pour cet amateur de course automobile; dérapage non contrôlé sur la forme comme sur le fond. Un raté du moteur.

fillon-en-casquehollande-en-casque

Les jeux sont faits; rien de ne va plus chez le parti des Républicains; même Georges Fenech, homme réservé et prudent, en ancien magistrat, l’affirme haut et fort:

“le résultat des primaires est aujourd’hui caduc face à cet événement imprévisible (…) qui se situe non seulement sur le registre judiciaire, mais sur le registre éthique et moral”.

En attendant de lire cette chronique d’une mort annoncée…

Qui sera le plus à même de lutter sur deux fronts simultanément? Faire barrage à Marine Le Pen d’un côté et stopper l’hémorragie des voies en partance pour Emmanuel Macron de l’autre?

Qui pour réconcilier un parti en pleine décomposition et en plein doute?

Qui pour réunir de la droite jusqu’au centre gauche?

Qui pour renouer le dialogue social, chercher l’apaisement des conflits et négocier la réforme et le changement nécessaires à notre société?

Qui a l’expérience de l’exercice du pouvoir exécutif et législatif pour faire voter les lois puis les faire appliquer ensuite; sans reculer?

L’âge apporte la sagesse et le savoir faire en politique comme en diplomatie et ce n’est pas celui d’Alain Juppé qui démentira le rôle actif et décisif des grands hommes de la République. Alors OUI, j’encourage Alain Juppé à accepter d’être le candidat les Républicains pour incarner cet homme providentiel.

#Penelopegate & #LR: Passer de la communication à la gestion de crise en urgence

L’art de jeter le bébé avec l’eau du bain…ou comment gérer efficacement et rapidement cette crise de confiance qui s’empare des électeurs sympathisants de la droite?

peau-de-bananeA l’origine, une action suicidaire qui relève du terrorisme politique par une ou plusieurs personnes irresponsables qui n’ont plus leur place sur l’échiquier ou qui ont joué leur dernière carte. L’attaque est méthodique et planifiée; l’objectif est une vengeance personnelle ou collective. A qui profite ce crime? Au fond, qu’importe tant les moyens utilisés vont conduire à l’autodestruction du Kamikazé tôt ou tard et cela n’en sera que plus salutaire pour la démocratie. Car il y a dans cette histoire une confusion entre le lanceur d’alerte et le lanceur de peau de banane. La notion d’intérêt général reste à démontrer même si l’image publique d’un candidat à la présidence de la république est altérée surtout lorsque cette image reflétait la probité et la morale en politique.

Arriver à surfer sur la vague médiatique quand les chargés de communication de crise ont savonné la planche n’est déjà pas chose facile; jouer à présent les démineurs pour arriver à désarmorcer la succession de nouvelles explosives devient mission impossible

  1. Penelope Gate ou la suspicion d’Emploi fictif;
  2. Fonds suspects du Sénat;
  3. Société de conseils 2F Conseil: sa clientèle générant le chiffre d’affaires.

communication-politiqueChristophe Barbier a très bien analysé le risque initial du candidat Fillon: Son équipe de comm aurait dû le debriefer sur son passé et dénicher toutes les informations pouvant donner naissance à des rumeurs pour faire en sorte de couper l’herbe sous le pied sans plus attendre; en d’autre termes, être pro-actif et non réactif sur une communication de crise. Car aujourd’hui, nous sommes passés d’une communication à une gestion de crise; d’un cas personnel à la réputation d’un parti. L’heure est grave!

 Arrêtons de nous regarder le nombril ou de lever les yeux au ciel en implorant le Bon Dieu; il y a péril en la demeure des Républicains; ne nous voilons pas la face et osons regarder la réalité médiatique en forme de tsunami consécutif au séisme pour en prévoir les dommages collatéraux. Ces derniers jours, les chargés de communication ou plutôt les multiples porte-paroles officiels sont venus brouiller le message de leur candidat empêtré, humilié, affecté et ému aux larmes. Ils n’ont pas réussi à faire retomber la vague de doutes et de soupçons; au contraire, les médias investiguent; les charognards sont de sortie pour traquer la moindre information à haut potentiel de nuisance. Les hyènes ne lacheront pas de sitôt leur proie, assoiffées de sang et de larmes; car c’est cela aussi le journalisme d’investigation; a l’instar du populisme électoraliste, la presse People a besoin d’alimenter son flot de lecteurs: une question de survie dans ce monde de compétitivité (océan rouge); ils préfèrent payer les condamnations pour diffamation publique dont les montants restent inférieurs aux revenus générés par les ventes des tabloïdes. Attendons nous au pire.

 fillon-au-conseil-national-lrGérer la crise du Parti les Républicains c’est un peu Shakespearien pour résoudre cette nouvelle énigme en forme de paradigme électoral: être ou ne pas être au second tour des présidentielles? Là est la question. Alors que se profilent déjà les sondages donnant Fillon au coude à coude avec Macron. L’hypothèse qui a fait rire, tout comme a fait rire l’évincement de Sarkozy suivi du renoncement de Hollande et la défaite de Valls, de voir Emmnauel Macron présent en face de Marine Le Pen au second tour n’est plus une hypothèse d’école mais bien une menace.

Le phénomène Macron est En Marche et aspire tout sur son passage, à gauche comme à droite. Pas seulement un rassemblement de déçus mais une volonté de renouveau; un besoin de Renaissance de la politique française trop engoncée dans ses habits constitutionnels de la V° République. Macron apparait comme un agitateur du paysage économique et social, respectueux de ses adversaires et toujours prêt à répondre, à débattre en argumentant ses théories, en bon pédagogue; d’autres dirons démagogue. Voici les faits; la réalité en ce lendemain de la Primaire citoyenne de la Belle Alliance populaire qui voit Benoit Hamon prendre les rênes du Parti Socialiste.

magicien-dozQui pourrait stopper la tornade Macron en forme de magicien d’Oz et son arc en ciel ou quand les rêves deviennent réalité? Les français ont besoin de rêver, de réinventer une réalité politique au risque de sombrer dans l’utopie. la-la-landJ’en veux pour preuve le succès de La La Land et le retour à de valeurs que l’on croyait surannées n’en déplaise à certains qui considère ce film comme un résumé pathétique de tous les clichés de la comédie musicale; n’empêche que les comédies musicales n’ont jamais aussi bien performé en France que ces dernières années…

Bien, une fois que l’on a dit cela, que peut ou plutôt que doit faire le parti les Républicains?

  • Sans doute changer de stratégie en changeant de candidat qui s’est pris les pieds dans le tapis. Revoir la copie ou le copy cat de la victime sacrificielle (le fameux bouc émissaire de René Girard).
  • Désigner le successeur légitime du vainqueur de la primaire de la droite: Alain Juppé qui remplit les qualités requises pour gérer la crise de confiance, remobiliser les électeurs du centre et de la droite modérée et libérale et dont l’expérience et le savoir-faire qui confèrent à la sagesse, sauront compenser l’âge (principal reproche qui lui est opposé).
  • Et pourquoi pas, au final un projet de gouvernement de coalition de la droite et du centre en incluant Macron: En Marche avec Juppé!

L’hypothèse Baroin est une hypothèse d’école et déconnectée de la réalité de terrain; il ne s’est pas présenté comme candidat de la primaire et a choisi une posture très, trop clivante pour prétendre réunir les courants de droite en période de crise d’identité.

On comprend que les choses ne sont pas simples pour nos stratèges politiques mais ils ne peuvent pas faire l’impasse de suppositions aussi saugrenues soient-elles, pour élaborer un plan d’action; une force de réaction rapide pour contrer l’évitement et le délitement d’une opinion publique toujours plus mobile et instable car il y va de la survie du parti des Républicains.

#Penelopegate ou L’insoutenable légèreté de François Fillon

Qui veut la peau de Roger rabbit ou plutot de François Fillon? Quelques noms familiers reviennent telle Salomé apportant la tête de jean-Baptiste …

Qu’est ce qui a conduit l’irresistible ascension de Fillon vers cette sortie de route qui pourrait bien lui coûter la victoire et le hors course?

  • Cela a débuté par des écarts de langage, du politiquement incorrect pour un futur président de la république et donc représentant et garant de la laïcité; le personnage devenu public ne peut plus faire référence à sa droite chrétienne conservatrice.
  • Fillon a tué son Président sur l’autel du Gaullisme en vantant la probité et l’impunité dont il dit avoir toujours fait montre; l’exemplarité étant le maître mot, Fillon devait en incarner le leadership.

Il aura suffi d’une rumeur pour faire voler en éclat ce bel équipage et semer le doute à droite sur les chances de leur candidat.

Nous voici propulsés dans une chronique d’une mort annoncée par le Canard enchainé qui suscite l’ouverture d’une information judiciaire par le Pôle financier du Parquet de Paris.

Adieu, vaches, veaux, cochons…de la Sarthe et d’ailleurs. Le mal est fait et le fruit est atteint au coeur car au delà de la justice, c’est devenu une affaire de morale.

Au plan strictement politique, toute comparaison gardée, cela n’est pas sans rappeler la campagne de 2011 et l’implosion en plein vol de DSK. C’est certes un drame personnel et familial mais ce n’est pas la fin d’un parti mais une fin de partie.

Tout cela pour dire quoi? Que les Republicains se doivent d’envisager le pire pour se préparer à remplacer François Fillon dans la course à la Présidentielle. Le processus démocratique de la Primaire s’étant tenu en novembre 2016, il convient de proposer à Fillon de démissionner, sa situation n’étant plus tenable au regard de l’opinion publique, accessoirement son électorat. Qui pour le remplacer? Sur quelles bases et avec quelle légitimité?

Dans la course aux primaires de la droite, les électeurs ont choisi deux candidats qui se sont affrontés au second tour; il revient au second de prendre la place! Cette option n’est pas dégradante; c’est une alternative au travers de l’exercice d’une vice présidence du parti les Républicains.

Alain Juppé est naturellement ce vice président élu; il a de plus été le candidat capable de rassembler 60% des français et non plus des électeurs de droite.

Regardons les faits en face et le paysage politique recomposé au lendemain des primaires de la droite et de la gauche. Au risque de laisser la place au FN et aux idées de l’extrême droite, conservatrice et réactionnaire, l’avenir politique est au centre comme l’a si bien compris Emmanuel Macron et comme le suggérait Alain Juppé. Pour remobiliser les électeurs de droite et du centre, désemparés par ce scandale politico-médiatique avant de basculer dans le judiciaire, il faut un candidat qui rassemble autour de valeurs sociales et humanistes, un candidat qui soutienne l’économie solidaire et la protection sociale; un candidat qui puisse chasser sur les terres de Macron qui aspire les voies des électeurs déçus par le virage conservateur de la posture vite adoptée par Fillon.

Ce candidat, c’est Alain Juppé, le mieux placé et le seul à donner confiance à un électorat désorienté et désabusé, à élargir les horizons politiques et lever les clivages d’une ligne de partage droite/gauche de plus en plus floue.

Cet homme, Alain Juppé est aujourd’hui le possible rassembleur des français; il a acquis de fait cette stature qui le légitime pour briguer le mandat présidentiel après avoir démontré ses qualités d’homme d’état, son ambition personnelle au service de la France.

Reste à le convaincre de cette réalité et surtout de cette nécessité.

 

 

Loi du 26 janvier 2016 avec son volet sur le droit des malades

Au travers de la loi de modernisation de la médecine dite loi Touraine du 26 janvier 2016, dont on célébrait l’anniversaire aujourd’hui dans un colloque animé par l’Institut du droit de la santé (en l’absence de l’auteure retenue au chevet de François Hollande déguisé en Médecin malgré lui d’un parti socialiste mauribond et artificiellement maintenu en fin de vie à défaut de donner son accord pour l’euthanasie).

Un colloque très instructif et didactique, animé par des personnalités du monde de la santé, du droit et des représentants d’associations d’usagers; l’occasion de faire un point et de prendre un peu de recul sur un volet de la loi dédié au droit des malades.

droit-medicalSurprenante évolution du statut de patient transformé en usager de la médecine ou du système de santé qui aboutit en 2016 au droit des malades; de quoi rappeler la tirade du Dr Knock (Jules Romain), s’il en était encore besoin, que tout homme bien portant est un malade qui s’ignore.

Bien souvent confondu avec un droit à indemnisation si préjudice/dommage.

Les scandales sanitaires récents, mettant en cause des médicaments, tels le Mediator et la Dépakine aboutissent, sous la pression de l’opinion publique à la création en urgence de fonds d’indemnisation (en dépit de l’existence de l’ONIAM*).

Le législateur a souhaité conservé délibéremment la référence aux malades plutôt qu’à l’usager du système de santé; c’est un signe qui traduit la faiblesse de nos politiques de santé qui refusent désespérement de s’engager dans la prévention. Ne dit-on pas pourtant qu’il vaut mieux prévenir que guérir?

Même les études en économie de la santé concluent au retour sur investissement >2.5/1 € investi dans la prévention de la santé globale (publique + travail).

Quel beau cadeau d’anniversaire pour notre ministre de la santé que celui de la vaccination obligatoire des personnels soignants, tout particulièrement en contexte d’épidémie de grippe A H3N2. Quel rôle la vaccination antigrippale joue pour éviter la surmortalité hivernale? Cela reste à étudier mais on réfléchira sur les atteintes aux libertés infdividuelles dans l’intérêt général; comme justifié ci après:

Dans un autre registre, les préfets peuvent, à titre exceptionnel et sur habilitation du ministre de la Santé, prendre des mesures individuelles, le cas échéant contraignantes, lorsque survient une menace sanitaire grave notamment une épidémie, pour en limiter les conséquences (art.   L.   3131-1 du Code de la santé publique).

L’atteinte la plus symbolique des droits de la personne, admise par la législation pour la mise en œuvre du droit à la protection de la santé, est bien évidemment l’obligation vaccinale. Le Conseil constitutionnel en a, par une décision du 20   mars 2015, confirmé la constitutionnalité et a rappelé que, malgré les risques d’effets indésirables de la vaccination, cette mesure était justifiée par l’objectif constitutionnel de protection de la santé.

Tabuteau, Didier; Laude, Anne. Les droits des malades: « Que sais-je ? » n° 4015 (French Edition) (Kindle Locations 975-980). Presses Universitaires de France. Kindle Edition.

Peut-être alors, que notre ministre recevra en guise de cadeau l’abrogation du décret d’octobre 2006 signé par Xavier Bertrand; on peut toujours rêver…

*ONIAM:Office national d’indemnisation des accidents médicaux

La #Grippe: un #etatdurgence sanitaire?

Gouverner c’est prévoir!

Dans Le Temps des responsables (Julliard), Alain Etchegoyen écrit:

Etre responsable, c’est répondre de ses actes et de leurs conséquences devant autrui. … devant les autres, de ce qu’on fait et de ce qu’on décide les concernant.

Il n’y a que notre ministre de la santé pour être surprise par une épidémie de grippe en plein hiver. En dépit d’une campagne d’information et de sensibilisation aux risques de la grippe et des complications possibles pour les sujets fragiles, il y a eu peu d’incitation à la vaccination pour les personnels soignants malgré la loi 3111-4 de 2004, reprise par la loi du 26 janvier 2016:

loi-31114-csp_2016

Vaccination obligatoire des soignants contre la grippe

Malencontreusement, Xavier Bertrand en octobre 2006, alors ministre du travail et des affaires sociales a eu la mauvaise idée d’abroger par décret cette obligation.

Depuis, soit plus de dix ans et après une pandémie de grippe A H1N1 en 2009, aucun ministre n’est venu rétablir cette obligation vaccinale.

On doit s’intrerroger sur deux questions de droit administratif:

  • Une question portant sur le principe de légalité:

principe-de-legalite

  • Une question portant sur l’opportunité du décret d’octobre 2006:

Il semble que recourir à l‘intérêt général permet de contrôler l’opportunité,l‘utilité publique de l‘acte.

En d’autres termes, faisant suite à la pandémie de grippe A H1N1, est-il opportun de supprimer l’obligation faite aux soignants travaillant en établissement de soins ou en EHPAD de se faire vacciner contre la grippe dans l’intérêt général?

Sachant que le Haut Conseil de la santé publique, le Directeur Général de la santé et l’Ordre des médecins se sont pononcés en faveur de l’obligation vaccinale…

Devant le peu d’empressement de la ministre à prendre en compte les avis d’experts qui pourtant l’entourent et la conseillent à abroger le décret de 2006, je continue à m’interroger sur les morts qui auraient pu être évitées en lien avec la grippe. Non seulement nous avons failli à prevenir l’épidémie de grippe à virus H3N2, très virulent et contagieux, mais nous n’avons pas mis en place tous les moyens pour traiter les personnes infectées et fragiles (en recourant aux anti-viraux).

Mieux vaut prévenir que guérir!

Desiderius Erasmus

Alors est-il légitime à ce stade de parler d’imprudence et de négligence en matière de gestion de la santé publique dans l’intérêt général?

imprudence-et-negligence

Art.121-3 du code pénal

Ajoutons qu’à ce jour (25/1/2017), nous restons dans l’attente du rapport d’étape de l’IGAS sur les causes des 13 décès survenus dans un EHPAD de Lyon entre le 23 décembre et le 7 janvier 2017. La ministre demandait ce rapport sous dix jours…