#Fillon est mort dans l’âme: Vive #Macron en marche?

Obligé de se refaire une virginité politique, François Fillon a entamé un pélerinage qui l’a amené à demander audience et bénédiction auprès de N.Sarkozy dont les cendres sont encore brûlantes puis dans un autre registre de repentance, a rendu visite à son ennemi juré, son judas, Jean-François Copé. Il accomplit son chemin de croix, sa traversée du désert guidé par l’espoir d’une résurrection.

fillon-et-pronostic-vitalDans sa quête du pouvoir et emprunt de ses convictions toutes personnelles et subjectives, Fillon s’enferme dans une tour d’ivoire pour ne pas entendre les bruits de casseroles ou les protestations d’une partie de son électorat; fini les primaires de la droite, il convient à présent de se présenter devant tous les français sans se cantonner à la droite chrétienne conservatrice. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Fillon reproduit sur les conseils de Sarkozy les mêmes erreurs qu’en 2012, en voulant chasser sur les terres du FN au lieu de s’ouvrir au centre.

les-republicainsDécidemment, le parti Les Républicains (ex-UMP) est confronté à un grave problème chronique de gouvernance. Tout comme il n’a pas su entendre pour la présidentielle 2012 le rejet de Sarkozy, il a décidé de soutenir envers et contre tous, Fillon, présumé innocent mais détruit par la morale de l’exemplarité et de la probité; ce qui le discrédite à jamais pour exercer la fonction suprême. Mais qu’importe, LR, créé par et pour Sarkozy, poursuit sa lente et inexorable descente aux enfers comme pour conjurer la promesse d’une victoire qui ne pouvait lui échapper. Pire, il décourage en se radicalisant et ruine les efforts accomplis durant la primaire pour rassembler la droite et le centre; renvoyant vers l’extrême droite et vers le centre reconstitué autour d’Emmanuel Macron pour l’occasion.

Manque de vision et d’objectivité; manque de courage politique; manque de lucidité et tout simplement de bon sens, LR est victime d’une crise générationnelle. Certains vétérans n’arrivent pas à décrocher; d’autres n’assument pas leur jeunesse et veulent brûler les étapes sans expérience du pouvoir. Seul Fillon aurait pu incarner cette fusion entre générations et préparer le renouveau nécessaire pour affronter l’avenir; en vain! Au lieu de cela, on assiste prématurément à la naissance d’un gouvernement mort-né à l’occasion d’une distribution de portefeuilles fictifs, entre chantages affectifs et manipulations. Quelle maladresse et quelle arrogance.

Adieu, veaux, vaches, cochons…Comment Fillon, sous couvert de son immunité (qui n’est pas synonyme d’impunité) va-t-il réagir à l’annonce des possibles mises en examen de Pénélope et de ses deux enfants? Pourra-t-il continuer à livrer bataille sereinement, comme si de rien n’était?

Il est déjà trop tard pour se poser ces questions; mais il est encore temps pour prendre le train En Marche.

#Presidentielle2017 à l’abri de l’immunité parlementaire

Drôle de campagne présidentielle sur fond de scandales de financement légal mais immoral voire illégal mais politiquement correcte.

Que sont nos assistants parlementaires devenus, ces intermittents de la politique mais permanents des partis politiques: de futurs chômeurs ou des bénévoles dédiés à la cause?

parlemetairene-pas-toucherDissocier le pouvoir exécutif du pouvoir législatif n’est pas synonyme d’intouchabilité au prétexte d’une immunité parlementaire de circonstance. Chacun doit rester responsable de ses actes et décisions; surtout dans le souci constant d’exemplarité sur des fondements qui relèvent plus de la Morale que du Droit.

1789 ou l’année de l’abolition des privilèges? Une révolution et des têtes perdues après, on pourrait remettre le couvert au vu des dérives et pratiques de nos parlementaires nationaux ou européens:

  • Protéger l’indépendance des parlementaires = Immunité;
  • Rémunération et indemnités hors du champ de l’inspection du travail et de la justice;
  • Régime spécial de retraite:

Ce régime des parlementaires est ancien, il date du 23 décembre 1904 et il a été maintes fois amendé. Ainsi en 2010, enfin le régime des retraites a été aligné sur le régime général: retraite à 62 ans mais seulement à partir de 2016, fin du système de “double cotisation”, qui permettait d’atteindre une pension complète après seulement 22,5 ans de mandat en échange de cotisations plus élevées, cotisations demandées de 31 ans.

  • Autonomie du régime de sécurité  sociale  au Sénat comme à l’AN.

Le parlementaire est-il un Français comme un autre? Apparemment pas au vu de ses privilèges et de son immunité; c’est plutôt un Français hors la loi qui ne dit pas ce qu’il fait, ne fait pas ce qu’il dit et vote. Bref, un monde à part, déconnecté de la société civile, presque une société secrète qui s’autogère et s’autodiscipline sans véritable contrôle par un tiers indépendant; ceci, au gré des humeurs politiques de l’instant. Petits meurtres entre amis.

Impressionnant de retrouver dans la short list deux candidats à la présidentielle (sur les cinq principaux) qui font l’objet de l’ouverture d’une information judiciaire qui a peu de chance de déboucher sur une mise en examen ou un renvoi en correctionnelle au motif de “trêve républicaine” à l’occasion des échéances électorales et ceci, sans fondement juridique (constitutionnel).

“Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

Les animaux malades de la peste. Jean de la Fontaine

 N’oublions pas la sacro-sainte règle de la présomption d’innocence qui prévaut en droit; ce qui n’empêche pas, à tort ou à raison, le jugement moral parfois plus virulent.

#Presidentielle2017: La société française en panne de confiance

Le doute s’installe en France et dans divers domaines; une remise en cause aussi bien d’une médecine fondée sur la preuve que de la parole du politique, voire religieuse. Bref, une perte totale de confiance tant sur la nature du sujet que sur ceux qui portent la bonne parole. Notre société est “en panne”, titre d’un essai de Ch.Dejours sur la place du travail et les risques psycho-sociaux; comment passer du bien-être au bonheur en entreprise? Crise sociale ou crise morale?

ascenseur-social-en-panneCurieusement, un mouvement s’effectue en direction d’une forme d’obscurantisme sectaire; un évangélisme qui pour ne pas être nouveau, capte l’attention, à défaut d’opinion, des perdus, des égarés de la société et surtout des laissés pour compte.

Deux quiquennats auront suffi à niveler vers le bas, à s’affranchir de valeurs de la République, à abaisser la fonction présidentielle à un rôle de commentateur de faits divers ou d’inaugurations de chrysanthèmes. Entre vulgarité et indécence, nos derniers présidents reflètent une image peu exemplaire. Ils sont soutenus en cela par certains médias qui ont misé sur la déchéance intellectuelle en se vautrant dans le scatologique verbal et la médiocrité; comment expliquer le succès populaire d’émissions comme TPMP, le degré zéro du divertissement télévisuel: consternant!

little-miss-sunshineComment supporter cette téléréalité qui nous abreuve d’informations aussi inutiles que débiles; je pense à Nabilla ou à Kim Kardashian et à leurs penchants narcissiques, véhiculant des pseudo rêves de petites filles vite transformées en Lolita ou en Little Miss Sunshine (le rêve américain?). Une exacerbation de signes extérieurs ou caractères sexuels secondaires animée par une volonté de puberté de plus en plus précoce. Même Barby en a pris un coup de vieux.

macron-revisite-en-christ-de-rioEn politique on assiste pour cette campagne présidentielle 2017 à une surenchère de manipulation voire de mystification: entre une droite chrétienne qui s’affiche haut et fort comme un argument de programme électoral ou l’incarnation vivante du culte de la personnalité revisitée…On ne sait vraiment plus à quel Saint se vouer.

A l’international, l’avenir repose sur deux hommes narcissiques qui rêvent de gouverner le monde à eux deux au mépris des règles et réglements internationaux et des droits de l’homme. Comment avons nous pu en arriver là?

Mais je me laisse emporter par mon côté conservateur (des bonnes choses de proximité made in France) et j’en oublie l’essentiel:

  • Qu’est ce qui ne va plus en santé publique pour que l’industrie pharmaceutique soit l’objet non seulement de doute mais bien de rejet à la suite de plusieurs scandales sanitaires (Mediator,Depakine) ?
  • Qu’est-ce qui ne va plus en santé publique pour que l’on remette en cause les bienfaits de la vaccination? Pourquoi une loi rendant obligatoire la vaccination contre la grippe pour les soignants est suspendue depuis 2006 malgré la pandémie de H1N1 en 2009 et la surmortalité observée chez les personnes fragiles/hospitalisées en 2015 et 2017?
  • Qu’est-ce qui ne va pas en santé publique dans la lutte contre le tabagisme et le refus d’associer l’utilisation de la cigarette électronique comme un moyen de sevrage du tabagisme?

La réponse tient peut-être à la ministre en charge de la santé publique; de son ignorance voire de son incompétence en ce domaine. Son parcours aurait dû la mener jusqu’à Bercy et à défaut, elle s’applique à une maîtrise comptable des dépenses de santé plus qu’à un objectif de maîtrise médicalisée faute de dialogue avec les médecins et faute d’une compréhension des enjeux de politique de santé publique, notamment concernant le rôle capital de la prévention des risques pour la santé.

C’est difficile de relancer une dynamique en plein marasme politique et crise morale; on ne peut plus dissocier les deux y compris au plan judiciaire où la présomption d’innocence ne peut cacher la faute morale devant une opinion publique qui juge et punit par un vote sanction. Comment en sortir?

#Penelopegate / #Presidentielle2017: Dans la peau de F.Fillon

img_0199Pas facile cette semaine cinématographique;passer de qui veut la peau de …à dans la peau de …F.Fillon. Non sans rappeler d’autres séquences épiques, telle la partie de cartes de Marius revue en Poker menteur.

Pas facile de se réveiller ce dimanche en chrétien de droite et d’être suspecté de mentir aux siens comme à l’opinion publique. Entre perte de confiance et perte de crédibilité, le candidat LR à la présidentielle 2017 s’est lancé dans une introspection qui devrait le mener à prendre une décision sur son avenir politique dans les tous prochains jours. A-t-il encore le choix?

F.Fillon a beau être le candidat élu de la primaire de la droite, il n’en est pas moins homme. Sous ses traits de loup solitaire, se cache un homme pudique qui incarnait jusqu’à peu l’image de probité et d’intégrité: un monsieur propre. En être humain, il réagit aux évènements avec calme qui traduit son double embarras médiatique et émotionnel. Il est depuis une semaine dans le déni de réalité (il ne voit pas où est le mal) avant de passer par une phase de colère et de révolte. Doit venir la phase de déprime qui précèdera la phase finale de la résignation (au propre comme au figuré).

F.Fillon s’expose à un double jugement moral; celui du ressenti des électeurs trahis et celui de sa famille (au sens large) qui se retrouve projetée sous la lumière des médias et de la presse People. Tout ce que les uns et les autres fuient et redoutent. img_0200Certes la vie publique d’un homme politique confère des concessions mais l’image de Pénélope Fillon au meeting de la Villette relève du viol en réunion publique en infligeant à cette femme une surexposition indécente et maladroite même partant sur de bonnes intentions à la base.

En psychiatrie, cela relève presque de la schizophrénie et du dédoublement de personnalité; une situation intenable pour un être sain et surtout une souffrance morale intolérable qui peut mener au pire.

Pour son bien et celui de sa famille, Fillon devra quitter la scène politique après avoir au préalable accompli un dernier rituel; celui de désigner et de choisir non pas son remplaçant mais son légitime successeur à la Primaire en charge de porter les valeurs de la droite et du centre pour relever le défi de la présidentielle.

 

Lettre ouverte à @alainjuppe pour la #Presidentielle2017

juppe-presidentCher Alain,

Je m’adresse publiquement à vous dans l’espoir de vous convaincre de la nécessité de reprendre la route tortueuse qui mène à la présidence  de la République Française.

A l’instar du Général De Gaulle en 1958, vous apparaissez aujourd’hui comme l’homme providentiel au vu de la situation confuse et chaotique du paysage politique. Non pas un plan B, mais un recours incontournable pour relever le défi de battre le FN et d’empêcher la fuite d’électeurs qui vous soutiennent depuis le début de l’aventure AJ vers le charismatique Emmanuel Macron.

Beaucoup autour de moi, y compris des électeurs de gauche, considèrent comme logique votre candidature en remplacement de François Fillon. En Marche est effectivement un mouvement en pleine dynamique qui se cherche; mais c’est un peu le Pari de Pascal en politique alors que la France a besoin de certitudes pour avancer et sortir de l’ornière creusée par 5 années de Hollandisme.

Vous êtes déjà prêt avec un programme complet; vous avez une équipe de campagne facile à remobiliser. Vous disposez d’une bonne opinion publique qui dépasse le traditionnel clivage gauche/droite.

François Fillon a été choisi sur un malentendu, et vous avez perdu par omission de certaines vérités/mensonges non avoués par votre adversaire de la Primaire. Dans ces conditions, ainsi que formulé par Georges Fenech, les 4 millions d’électeurs qui se sont mobilisés ont été bernés par un chantre de la probité et de l’intégrité; comme vous l’avez si bien exprimé, il est préférable d’avoir un passé judiciaire qu’un avenir et vous avez payé cher et longtemps pour le savoir.

La chance tourne et elle se présente à nouveau pour vous, ici et maintenant. Vous ne pouvez pas manquer ce rendez-vous avec les français. A votre belle carrière politique, il manque la fonction suprême de présider la France, de la réformer et de la moraliser pour assurer un avenir heureux à nos enfants. Une France laïque où ils puissent s’épanouir en toute sécurité, y trouver formation et travail, y fonder une famille à leur tour bénéficiant d’une protection sociale et d’un revenu décent.

Entre l’utopie du revenu universel et le pari d’une société en marche vers une inconnue; entre la dérive extrêmiste et radicale de nostalgiques des anciens francs, vous, Alain Juppé, apparaissez comme un homme providentiel et désintéressé; celui capable de remettre en route en seulement 5 années, une économie grippée, de rassembler une large majorité de français qui en ont assez de ces querelles d’hommes et de clochers, des privilèges et passe-droits réservés à une élite qui s’enferme de plus en plus dans une tour d’ivoire, déconnectée de la réalité de terrain et des préoccupations matérialistes car la France d’en-bas a besoin de travailler pour vivre bien et non de passer son temps à vivre pour travailler plus sans gagner plus au final.

Que les jeunes barons républicains qui vous entourent se rassurent; leur tour viendra bien assez vite. Qu’ils en profitent pour apprendre à vos côtés l’exercice du pouvoir et de la diplomatie dans un environnement international incertain.

Les valeurs de la V° République: Liberté, Egalité, Fraternité en ont pris un coup ces dernières années et méritent d’être restaurées sauf à constater un besoin pour changer de régime constitutionnel si la crise institutionnelle perdurait. Là encore, vous sauriez animer les débats et préparer une révision ou un changement de constitution.

Pour terminer cette lettre, je tiens à vous dire que je me suis engagé pour les primaires et à vos côtés par adhésion à votre programme et pour soutenir votre personne; si je n’idéalise pas, je suis convaincu de ce que j’ai écrit plus haut. Ne pas vous voir relever le défi et prendre le flambeau serait pour moi une forme de trahison morale et de renoncement à ces valeurs républicaines. J’en tirerais alors toutes les conclusions pour m’orienter vers d’autres horizons. Vous ne pouvez accepter de nous décevoir…encore moins aujourd’hui car accepter cette mission c’est aussi nous remercier de notre engagement à vos côtés.

#Penelopegate & #LR: Passer de la communication à la gestion de crise en urgence

L’art de jeter le bébé avec l’eau du bain…ou comment gérer efficacement et rapidement cette crise de confiance qui s’empare des électeurs sympathisants de la droite?

peau-de-bananeA l’origine, une action suicidaire qui relève du terrorisme politique par une ou plusieurs personnes irresponsables qui n’ont plus leur place sur l’échiquier ou qui ont joué leur dernière carte. L’attaque est méthodique et planifiée; l’objectif est une vengeance personnelle ou collective. A qui profite ce crime? Au fond, qu’importe tant les moyens utilisés vont conduire à l’autodestruction du Kamikazé tôt ou tard et cela n’en sera que plus salutaire pour la démocratie. Car il y a dans cette histoire une confusion entre le lanceur d’alerte et le lanceur de peau de banane. La notion d’intérêt général reste à démontrer même si l’image publique d’un candidat à la présidence de la république est altérée surtout lorsque cette image reflétait la probité et la morale en politique.

Arriver à surfer sur la vague médiatique quand les chargés de communication de crise ont savonné la planche n’est déjà pas chose facile; jouer à présent les démineurs pour arriver à désarmorcer la succession de nouvelles explosives devient mission impossible

  1. Penelope Gate ou la suspicion d’Emploi fictif;
  2. Fonds suspects du Sénat;
  3. Société de conseils 2F Conseil: sa clientèle générant le chiffre d’affaires.

communication-politiqueChristophe Barbier a très bien analysé le risque initial du candidat Fillon: Son équipe de comm aurait dû le debriefer sur son passé et dénicher toutes les informations pouvant donner naissance à des rumeurs pour faire en sorte de couper l’herbe sous le pied sans plus attendre; en d’autre termes, être pro-actif et non réactif sur une communication de crise. Car aujourd’hui, nous sommes passés d’une communication à une gestion de crise; d’un cas personnel à la réputation d’un parti. L’heure est grave!

 Arrêtons de nous regarder le nombril ou de lever les yeux au ciel en implorant le Bon Dieu; il y a péril en la demeure des Républicains; ne nous voilons pas la face et osons regarder la réalité médiatique en forme de tsunami consécutif au séisme pour en prévoir les dommages collatéraux. Ces derniers jours, les chargés de communication ou plutôt les multiples porte-paroles officiels sont venus brouiller le message de leur candidat empêtré, humilié, affecté et ému aux larmes. Ils n’ont pas réussi à faire retomber la vague de doutes et de soupçons; au contraire, les médias investiguent; les charognards sont de sortie pour traquer la moindre information à haut potentiel de nuisance. Les hyènes ne lacheront pas de sitôt leur proie, assoiffées de sang et de larmes; car c’est cela aussi le journalisme d’investigation; a l’instar du populisme électoraliste, la presse People a besoin d’alimenter son flot de lecteurs: une question de survie dans ce monde de compétitivité (océan rouge); ils préfèrent payer les condamnations pour diffamation publique dont les montants restent inférieurs aux revenus générés par les ventes des tabloïdes. Attendons nous au pire.

 fillon-au-conseil-national-lrGérer la crise du Parti les Républicains c’est un peu Shakespearien pour résoudre cette nouvelle énigme en forme de paradigme électoral: être ou ne pas être au second tour des présidentielles? Là est la question. Alors que se profilent déjà les sondages donnant Fillon au coude à coude avec Macron. L’hypothèse qui a fait rire, tout comme a fait rire l’évincement de Sarkozy suivi du renoncement de Hollande et la défaite de Valls, de voir Emmnauel Macron présent en face de Marine Le Pen au second tour n’est plus une hypothèse d’école mais bien une menace.

Le phénomène Macron est En Marche et aspire tout sur son passage, à gauche comme à droite. Pas seulement un rassemblement de déçus mais une volonté de renouveau; un besoin de Renaissance de la politique française trop engoncée dans ses habits constitutionnels de la V° République. Macron apparait comme un agitateur du paysage économique et social, respectueux de ses adversaires et toujours prêt à répondre, à débattre en argumentant ses théories, en bon pédagogue; d’autres dirons démagogue. Voici les faits; la réalité en ce lendemain de la Primaire citoyenne de la Belle Alliance populaire qui voit Benoit Hamon prendre les rênes du Parti Socialiste.

magicien-dozQui pourrait stopper la tornade Macron en forme de magicien d’Oz et son arc en ciel ou quand les rêves deviennent réalité? Les français ont besoin de rêver, de réinventer une réalité politique au risque de sombrer dans l’utopie. la-la-landJ’en veux pour preuve le succès de La La Land et le retour à de valeurs que l’on croyait surannées n’en déplaise à certains qui considère ce film comme un résumé pathétique de tous les clichés de la comédie musicale; n’empêche que les comédies musicales n’ont jamais aussi bien performé en France que ces dernières années…

Bien, une fois que l’on a dit cela, que peut ou plutôt que doit faire le parti les Républicains?

  • Sans doute changer de stratégie en changeant de candidat qui s’est pris les pieds dans le tapis. Revoir la copie ou le copy cat de la victime sacrificielle (le fameux bouc émissaire de René Girard).
  • Désigner le successeur légitime du vainqueur de la primaire de la droite: Alain Juppé qui remplit les qualités requises pour gérer la crise de confiance, remobiliser les électeurs du centre et de la droite modérée et libérale et dont l’expérience et le savoir-faire qui confèrent à la sagesse, sauront compenser l’âge (principal reproche qui lui est opposé).
  • Et pourquoi pas, au final un projet de gouvernement de coalition de la droite et du centre en incluant Macron: En Marche avec Juppé!

L’hypothèse Baroin est une hypothèse d’école et déconnectée de la réalité de terrain; il ne s’est pas présenté comme candidat de la primaire et a choisi une posture très, trop clivante pour prétendre réunir les courants de droite en période de crise d’identité.

On comprend que les choses ne sont pas simples pour nos stratèges politiques mais ils ne peuvent pas faire l’impasse de suppositions aussi saugrenues soient-elles, pour élaborer un plan d’action; une force de réaction rapide pour contrer l’évitement et le délitement d’une opinion publique toujours plus mobile et instable car il y va de la survie du parti des Républicains.

#Presidentielles2017 ou quand le populisme gagne en démocratie.

Au lendemain de l’élection du président des Etats Unis d’Amérique, la France est-elle à l’abri du populisme qui a fait élire Donald Trump? NON.

trump-president

Alors que le rêve américain se voit transformé en cauchemar et que les pires souvenirs du Maccarthysme remontent brutalement à la surface, il devient nécessaire et urgent de s’interroger sur les causes de l’échec du Parti Démocrate / les raisons du succès du Parti Républicain. Il serait trop simpliste de déclarer que les américains ont refusé de voter pour une femme (ex-Première Dame).

Comment expliquer dès lors:

  • le vote des minorités (noire et hispanique)?
  • le vote des femmes?
  • le vote de démocrates?

Car il aura fallu aussi bien une abstention des soutiens de Bernie Sanders que le vote des minorités “black et hispano” et de la gente féminine pour aboutir à la victoire du camp républicain.

 A la crise socio-économique a succédé une misère intellectuelle que Trump a su capitaliser et faire fructifier. Pourquoi ne pas assister au même phénomène en France au profit du Front National et de MLP? Rien ne nous permet d’écarter cette hypothèse.

Il y a des leçons à retenir de cette élection américaine à commencer par le fait que la division au sein d’un parti peut mener à la défaite contre toute attente!

Entre abstentionnistes et déçus des primaires de droite comme de gauche, à quoi doit-on s’attendre en termes de résultats sur les élections présidentielles de mai 2017?

Il n’y a plus de retenues aujourd’hui; la droite décomplexée de JF Copé s’est transformée en un vaste défouloir/dépotoir de l’ensemble de l’électorat français. Mais ce n’est pas en insultant ou dégradant ces votants que l’on évitera le massacre: il faut réconcilier les français et la politique.

Rejet des leaders; rejet des partis; rejet d’une pensée unique. Le pire est-il à venir?

futur_2017

C’est sans compter sur certains ténors de droite (et non du centre) qui confondent la démocratie avec la démagogie, reniant au passage les propos tenus quelques semaines plus tôt.

demagogie-et-non-democratie

Nicolas Sarkozy se voit bien dans les pas de Donald Trump