#Presidentielle2017 à l’abri de l’immunité parlementaire

Drôle de campagne présidentielle sur fond de scandales de financement légal mais immoral voire illégal mais politiquement correcte.

Que sont nos assistants parlementaires devenus, ces intermittents de la politique mais permanents des partis politiques: de futurs chômeurs ou des bénévoles dédiés à la cause?

parlemetairene-pas-toucherDissocier le pouvoir exécutif du pouvoir législatif n’est pas synonyme d’intouchabilité au prétexte d’une immunité parlementaire de circonstance. Chacun doit rester responsable de ses actes et décisions; surtout dans le souci constant d’exemplarité sur des fondements qui relèvent plus de la Morale que du Droit.

1789 ou l’année de l’abolition des privilèges? Une révolution et des têtes perdues après, on pourrait remettre le couvert au vu des dérives et pratiques de nos parlementaires nationaux ou européens:

  • Protéger l’indépendance des parlementaires = Immunité;
  • Rémunération et indemnités hors du champ de l’inspection du travail et de la justice;
  • Régime spécial de retraite:

Ce régime des parlementaires est ancien, il date du 23 décembre 1904 et il a été maintes fois amendé. Ainsi en 2010, enfin le régime des retraites a été aligné sur le régime général: retraite à 62 ans mais seulement à partir de 2016, fin du système de “double cotisation”, qui permettait d’atteindre une pension complète après seulement 22,5 ans de mandat en échange de cotisations plus élevées, cotisations demandées de 31 ans.

  • Autonomie du régime de sécurité  sociale  au Sénat comme à l’AN.

Le parlementaire est-il un Français comme un autre? Apparemment pas au vu de ses privilèges et de son immunité; c’est plutôt un Français hors la loi qui ne dit pas ce qu’il fait, ne fait pas ce qu’il dit et vote. Bref, un monde à part, déconnecté de la société civile, presque une société secrète qui s’autogère et s’autodiscipline sans véritable contrôle par un tiers indépendant; ceci, au gré des humeurs politiques de l’instant. Petits meurtres entre amis.

Impressionnant de retrouver dans la short list deux candidats à la présidentielle (sur les cinq principaux) qui font l’objet de l’ouverture d’une information judiciaire qui a peu de chance de déboucher sur une mise en examen ou un renvoi en correctionnelle au motif de “trêve républicaine” à l’occasion des échéances électorales et ceci, sans fondement juridique (constitutionnel).

“Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.”

Les animaux malades de la peste. Jean de la Fontaine

 N’oublions pas la sacro-sainte règle de la présomption d’innocence qui prévaut en droit; ce qui n’empêche pas, à tort ou à raison, le jugement moral parfois plus virulent.

#Primaire2016: Pourquoi Laurent Wauquiez ne peut rester président par intérim de #LR

siège LRPas facile de rester neutre pour gouverner par interim à la tête du parti Les Républicains; tellement difficile pour le lieutenant de Nicolas Sarkozy de tenir sa place au point de se demander si LR n’est pas le parti de Sarkozy comme s’interroge le Huffington Post?

Comment cumuler les fonctions de Président de l’une des plus grandes régions de France (Auvergne-Rhône-Alpes) qui requiert une présence et disponibilité avec celles de président de parti en pleine Primaire pour choisir le futur Président de la République?

Oui, cela donne le vertige surtout lorsque l’on prône le non cumul des mandats et que l’on a été investi dans ses fonctions par un des candidats à cette même primaire. Un double jeu très schizophrène et une tentative non dissimulée de manipulation.

Que l’on ne s’étonne pas de comptabiliser si peu de nouveaux adhérents LR; la peur est grande de se voir confisquer, détourner, dépouiller de sa cotisation au parti,réinvestie au profit d’un seul candidat. On préfèrera, par prudence et précaution, investir dans les micro-partis pour soutenir son poulain ou sa pouliche pour le grand Steeple chase de Novembre ou plutôt le Grand Prix du Qatar Arc de triomphe/prix du Président de la République. Budget en baisse pour les futures élections faute de sponsors en vie ou sous tutelle.

Pour L.Wauquiez, nul besoin de précaution oratoire; il assume, persiste et signe comme Président en omettant le “par interim”; Wauquiez avance ses pions