Is #zika (alone) really causing #microcephaly in Brazil?

For the second time, US CDC declares publicly that Zika virus causes microcephaly (M) and other Central nervous system diseases (CD):13% of zika tested positive could lead to microcephaly if occurring at the early stage of pregnancy (<3 months).

In his excellent blog, VDU’s blog, Pr Ian Mackay is monitoring epidemiological data coming from Brazil on a weekly basis. For his 27 report, week 20, he is pointing out that 15% of all confirmed M&CD diagnoses and 3% of all suspect diagnoses are reported as positive for ZIKV testing . Question: what are the causes of the 85 to 97% M&CD?

Eipdemio Brazil_ZIKV_DENV_CHIKV

If we now refer to another paper on causes of microcephaly in Brazil, in Pernambuco State (2015), it is amazing to notice that based on a cohort of 104 newborns with microcephaly, we observe plenty of cases related to TORCH infection, some of them due to co-infection. It is mentioned that ZIKV test was not available at that time, between April and December 2015. Compared with previous records 2010-2014 with 7 cases/year, Brazil health authorities have recorded 874 cases in Pernambuco State in 2015. Taking into account that Zika outbreak started in April 2015 in Brazil with a peak around October, the question raised to consider Zika virus (alone) causing mincrocephaly. In this survey, Dengue does not appear to be a co-factor as suggested by other case review studies and confirmed by In Vitro experiments.

Danger ZikaSaying that, it is obvious that 2015 recorded abnormal increase of microcephalies, especially in NE Brazil: 7 ->874 microcephalies (x125). If highly significant, the question behind is to understand the root causes, focusing on the role and responsibility of Zika virus. Cytomegalovirus and Rubella are the two main identified virus related to these microcephalies without the capability to link with Zika virus (not tested).

Last, not least, it remains an unclear statement with regards the use of pesticides/larvicides during the same period of time in the same region of Brazil. Notwithstanding, we have to address the question of huge differences in the numbers reported in NE compared with other regions in Brazil. At the end of the day, it remains a speculation of co-factors or co-infection acting jointly with Zika virus as causing microcephaly.

#microcephaly and #zika in Brazil: towards a double blind test?

Following the second meeting of the WHO’s Emergency Committee on Zika, there are clearly growing evidences for recognizing link between Zika virus and neurological damages or fetal defects observed: here are now facts:

  • Zika virus is crossing placenta barrier;
  • Zika virus is capable to infect foetus;
  • Zika virus is crossing blood-brain barrier;
  • In vitro, brain cells are damaged by Zika virus;
  • Guillain-Barré syndrome, myelitis caused by Zika virus.
  • Microcephaly = 1% during Zika outbreak in French Polynesia
  • Microcephaly and Timetable: risk exposure = Q1

But where do we stand with regards microcephaly?

  • microcephaly in Americas located in NE Brazil;
  • microcephaly not always related to Zika virus;
  • other causes known for microcephaly worldwide:
    • viral (rubella), infectious (toxoplasmosis)
    • toxic (chemicals,pollutants)
    • malnutrition (Vit. defiency,alcohol,…)

Looking at the map of microcephaly in Brazil:

Brazil risk map mid march 2016

 How could we explain as of today that cases are concentrated in Northeast of Brazil? Scientists are talking about climate change and El Nino in that area; others point out that this area is the first South American location to be hit by Zika and that it is to early to observe microcephaly elsewhere.

I would like to encourage studies on the effects of some pesticides and larvicides to be tested in vitro by combining both Zika virus with pyriproxyfen (e.g). Recently, a report by NECSI refers to this larvicide used in 2014 as a larvicide and poured in the drinking water in the NE Brazil.

“These tests were performed by its producer Sumitomo Chemical. Testing is limited and inconclusive, but includes some evidence for neurodevelopmental toxicity (see below). Such tests should be made public so that they can be critiqued by the scientific community, not just by regulatory authorities whose public summaries are not adequate for evaluation [19, 20]. This is a quite general problem, as the inadequacy of neurodevelopmental toxicity testing has been identified as a global risk [17].”

 You migth be aware that the MSDS for pyriproxyfen is not fully completed with regards Toxicity for reproduction; nevertheless, WHO recommended it as a safe product to eradicate mosquitoes like, Aedes aegypti or albopictus (based on which tests?…). It is unclear today to evaluate possible conflict of interests when reviewing the role and responsibility of pyriproxyfen in microcephaly during zika outbreak in Brazil.

During the meeting held on Wednesday March 9th, it was mentioned that Vector control means, including use of pesticides and larvicides had poor effects on mosquito breeding.

Colombia has been quoted as a group of reference in order to compare with Brazil. Unfortunately, due to late arrival of zika in this country, we have to wait till end of Spring 2016 to know if there is or not a close relationship between Zika virus and microcephaly, knowing that Colombia did not use pyriproxyfen.

Hypothesis:

  1. Abnormal microcephaly rate recorded => Zika virus
  2. No microcephaly recorded: other cause to be explored but mostly larvicide (pyriproxyfen).

So Colombia might be considered as part of a double blind test for Zika virus and microcephaly. To be noticed on mid March 2016 is the decrease of numbers for Zika cases, mainly in North (Carthagena,Bolivar). No microcephaly so far reported but may be still too early…?

Colombia_Zika_Report#9

A good summary as a wishing list done by Ian McKay in his excellent Blog VDU

Taking into account the precautionary Principle, it might be of interest to recommend women of childbearing age or pregnant living in NE Brazil to drink mineral water provided for free by NGO or International autthorities (UN, WHO).

La pauvreté, lit de #Zika (par A.C.Zimmer)

Anne-Corinne Zimmer est une journaliste d’investigation qui a déjà fait parler d’elle à l’occasion de la sortie de son livre: Polluants chimiques, enfants en danger.

Avec son autorisation, voici l’article paru dans L’Humanité Dimanche (n°500, semaine du 25/02 au 9/03/2016). Sobre et non polémique, l’auteur y expose les thèses ou théories (sans complot) en présence. Mais elle va plus loin en évoquant la virulence de Zika qui aurait pu subir des mutations géniques aggravant sa pathogénicité.

pauvreté au Brésil

Alors que le lieentre le virus Zika, porté par les moustiques, et les cas de microphalies n’est toujours pas complètement avéré, des associations sud-américaines dénoncent la gestion chimique de l’épidemie au Brésil et suspectent l‘utilisation d’un nouveau pesticide.

ACZ

MARIO TAMA / GETTY IMAGES / AFP

 La communauté scientifique semble s’être accordée sur la probabilité que le virus Zika soit toxique pour le cerveau en developpement , au vu du nombre de microcéphalies (périmètre crânien et cerveau anorma­lement petits entrainant de graves déficits), qui aurait augmenté au Brésil, alors en pleine épidémie. Cependant, les preuves du méca­nisme d’action ne sont toujours pas connues, l’agent pathogène non identifié et les statistiques en­core sujettes à caution.

Le nombre de cas suspectés initia­lement au Brésil (plus de 4000) est revu à la baisse (1440). Debut février, 404 cas de microcéphalies sont confirmés (contre 150 chaque année habituellement), parmi les­quels seuls 17 cas liés au Zika sont identifiés. Mais le ministère de la Santé brésilien pense « comme beaucoup de chercheurs que ce chiffre ne signifie pas grand-chose, puisque les tests ne détectent pas toujours la présence du virus ».

L’ETONNANTE ANALYSE DU MINISTERE DE LA SANTE

C’est dans ce contexte que deux associations de médecins, l’une argentine, Médecins dans les villes à zones de pulvérisations (PCST), et l’autre brésilienne, l’Association de médecins pour la santé collec­tive (ABRASCO), ont mis en cause I’usage d’un larvicide (censé tuer les larves d’Aedes – des mous­tiques), le pyriproxyfène, qui a succedé en 2014 à ]’utilisation du temephos, en raison de la résis­tance acquise par les moustiques à ce dernier. Ce que dénoncent ces médecins, c’est avant tout la ges­tion chimique dans ce type d’épi­démie Iiée à Aedes. “La lettre ouverte aux Brésiliens” de l ‘ABRASCO, en janvier , s’étonne de I’analyse du ministère de la Santé « mettant en cause Zika à I’exclusion d’autres facteurs qui peuvent avoir une influence, comme l’usage massif des pesti­cides” alors même que “le lieu de résidence des mères d’enfants por­teurs de microcephalies montre une grande concentration dans les régions les plus pauvres du Brésil “. Et de réclamer une étude épidémiologique prenant en compte l’exposition aux pesticides.

réservoir d'eau BrésilDANS LES REGIONS DELAISSEES ET SANS ACCES A L’EAU COURANTE, LE VIRUS SE DEVELOPPE DANS LES RESERVOIRS.

 

 

PULVERISATION AERIENNE ET REPETEE

Car depuis 40 ans l’usage de pesti­cides dans les régions du nord-est du Brésil est systématique, là où les populations sont laissées à I’abandon, sans urbanisation , sans évacuation sanitaire et surtout sans accès permanent à I’eau cou­rante (Etat du Pernambuco no­tamment). D’ou les ajouts de ce larvicide directement dans les réservoirs d’eau potable (seaux,bas­sines), lieux de prolifération ideaux des moustiques. En plus des pulverisations aériennes.

Alors même que des actions mécaniques (comme au Salvador, où des poissons qui mangent les larves sont utilisés dans les réser­voirs d’eau, endiguant ainsi l’épi­démie de dengue), qui supposent l’éducation des populations, sont bien plus efficaces que la “solu­tion” chimique, qui “démobilise  les populations comptant sur un produit qui tue aussi les préda­teurs naturels des moustiques et nécessitent des applications répétées”, constatent les médecins.

IIs voient également dans les recom­mandations d’usage des pesticides de l’OMS, une stratégie qui, pour faire face à des maladies répandues par les moustiques mais “multi­ pliées par la pauvreté” accroît, in fine, les inégalites sociales et envi­ronnementales. Et de rappeler que l’expérimentation des 15 millions de moustiques génétiquement mo­ difiés Iâchés I’année dernière dans ce même nord-est du Brésil s’est soldée par un échec retentissant quant à la stérilisation des femelles, mais pas pour les bénéfices d’Oxi­tec, I’entreprise de biotechnologies à la manoeuvre…”

Anne-Corinne ZIMMER

EN SAVOIR PLUS…

LA VIRULENCE

Une étude menée en janvier sur deux cas de microcephalie avec virus Zika souligne que la présence des calcifications (dans la boîte crânienne) suggère une infection intra-utérine mais des dommages bien plus sévères observés dans d’autres parties du cerveau y sont rarement associés. L’auteur conclut que des changements dans le génôme du virus ayant été etablis, la possibilité de l’émergence d’une nouvelle souche plus virulente doit être considérée et aucune hypothèse quant a l’étiologie de ces malformations ne doit être écartée.

#Microcephalie / #Zika: De la théorie du complot au déni de réalité.

Le temps est venu pour remettre les pendules à l’heure s’agissant du lien entre le virus Zika et les cas de microcéphalie survenus principalement dans le Nord-Est du Brésil.

Beaucoup de confusion, volontaire ou non, de désinformation, de manipulation de l’opinion publique à des fins politiques ou partisanes; c’est un climat qui se réchauffe en effet et malsain. La démarche scientifique est remise en cause, le débat contradictoire proscrit car assimilé à la théorie du complot. En clair, l’OMS ou le CDC ont décidé que les microcéphalies étaient en lien avec le virus de Zika et rien d’autre. Les études à venir confirmeront le rôle du virus dans les perturbations du développement du système nerveux central des foetus en cours de grossesse mais rien ne semble fait pour étudier d’autres facteurs, aggravants, qui pourraient “faciliter” ou contribuer à ces malformations.

Reprenons le questionnement scientifique sur les origines des microcéphalies au Brésil:

  • Microcephaly map Brazilà l’occasion de l’arrivée du virus zika en amérique du sud courant 2015, émergence de déclaration de cas de microcéphalie en nette augmentation par rapport à la normale dans la région du nord-est du Brésil.

 

  • fumigationPropagation massive et rapide du virus par le biais de son vecteur naturel, le moustique Aedes aegypti; réchauffement climatique et phénomène cyclique El Nino mis en cause. En réponse, les autorités régionales emploient depuis 2014 (Coupe du Monde de footbal au Brésil) et sur les conseils de l’OMS, des pesticides et larvicides dont le fameux pyriproxyfen qui fait tant parler depuis peu…
  • pesticideD’autres causes existent de microcéphalies, beaucoup en lien avec des compications survenant en cours de grossesses compliquées par des infections virales (rubéole, dengue,…), causes neurotoxiques également avec les métaux lourds (plomb, mercure,…), agents perturbateurs endocriniens et >200 agents chimiques peu ou mal identifiés pour dire vrai.
  • MGO mosquitoEnfin, abordons le sujet polémique du rejet de moustiques génétiquement modifiés qui n’agissent pas spécifiquement sur Zika mais également sur Dengue, Chikingunya et Fièvre jaune en bloquant le mécanisme de reproduction du moustique tigre.

Faut il dès lors se taire face à la menace grandissante de l’expansion du moustique Tigre et à travers lui, de la propagation du virus zika?

Est-il politiquement incorrect de faire référence au Principe de précaution de 1992, institué à la conférence de Rio sans systématiquement être catalogué comme un complotiste?

En d’autres termes, y a-t-il aujourd’hui, une place pour le débat scientifique de fond? On peut s’interroger après les prises de position très catégoriques ou à la lecture de certains communiqués qui ne laissent pas de place au doute en affirmant haut et fort la responsabilité des cas de microcéphalie au Brésil au seul virus du zika.

C’est bien là que le bas blesse; comment expliquer que seul, le Brésil, et plus particulièrement la région du nord-est, soit la seule région touchée par comparaison avec la Colombie (même virus véhiculé par le même moustique)?

Il n’est pas question de remettre en cause le rôle pathogène du virus zika ni son neutropisme;connu depuis le début peu après sa découverte en 1947, mais plutôt de s’interroger sur le pourquoi de l’absence de cas rapportés jusque-là par les autorités sanitaires de Polynésie française lors de l’épidémie de 2014 même si on admet des cas de syndrome de Guillain-Barré.

Pourquoi toujours chercher à expliquer les catastrophes avec une théorie uniciste alors que l’on sait pertinemment qu’elle sont pluricausales et plurifactorielles? On connaît les effets additifs, synergiques, antagonistes de l’association de substances, médicaments ou maladies; la réalité est bien plus proche de ces situations que de l’étude in vitro en laboratoire déconnecté du terrain et de la population.

Oui, Zika révèle une catastrophe en terme de Santé Globale où des paramètres socio-économiques, l’environnement, l’accès au diagnostic et aux soins, la prévention et la recherche sur les maladies tropicales négligées sont impliqués. Ce n’est pas qu’une question de virus mais une problématique beaucoup plus large et nous perdons du temps à nous voiler les yeux et à conserver un eposture de déni de réalité.

#Zika virus,une maladie tropicale nėgligėe révélée par un larvicide?

L’OMS a déclaré un état d’urgence sanitaire de portée internationale à la suite d’une épidémie de Zika aux Ameriques (centrale et du sud).

Si le virus n’est pas nouveau et découvert en 1947 en Ouganda, il fait parler de lui depuis une dizaine d’années aprés son passage en Asie puis en Polynésie française où des cas de syndrome de Guillain-Barré ont été rapportés en lien avec le virus.

image

Que se passe-t-il donc depuis en Amérique du sud et principalement au nord est du Brésil, autour de Récife? Là et depuis plus d’un an, on y observe des naissances de bébés microcéphales, à petit périmètre crânien et réduction encéphalique.

Pourquoi seulement dans cette région du Brésil et pas ailleurs, en Colombie par exemple? C’est bien cela la question à laquelle l’OMS s’est engagée à répondre. La tentation est grande d’incriminer le réchauffement climatique voire El Nino dans cette région du monde. Mais alors pourquoi la Colombie qui recense plus de 4000 cas n’enregistre pas de cas de microcéphalie?

Microcephaly map Brazil

Y aurait-il un ou plusieurs autres facteurs de risque favorisant l’émergence de la microcéphalie au Brésil? Un groupe de médecins brésiliens et argentins se sont alors interrogés sur de possibles interactions avec des agents biologiques ou toxiques pour la reproduction, ces agents chimiques dangereux appelés aussi CMR pour cancérigène,mutagène et toxique pour la reproduction(tératogène). Leur attention se porte sur une curieuse et opportuniste coïncidence:un larvicide,le peryproxyfène,a été déversé dans les réservoirs d’eau potable pour détruire les larves du moustique Aedes aegypti qui est le vecteur pour les maladies de la dengue,du chikungunya,de la fièvre jaune et du zika. Ce produit est condidéré jusque la comme sûr par l’OMS (2006). On sait que le virus zika possède un neurotropisme,une capacité à agir sur le système nerveux central des mammifères y compris l’homme; ce qui expliquerait les cas de Guillain-Barré  observés ces dernières années.Ce pourrait il que le virus qui franchit la barrière placentaire,soit plus virulent chez les femmes intoxiquées par du peryproxyfène et attaque le système central du foetus conduisant à une microcéphalie?

Devant cette incertitude et face à une catastrophe sanitaire, le ministère de la santé du Brésil vient de décider de suspendre l’utilisation de ce larvicide jusqu’à plus ample infomé sur sa toxicité par absorption orale chez la femme enceinte. saluons cette sage décision au nom de l’application du principe de précaution.

 

#Zika:Is microcephaly in North-East Brazil due to virus or multi-causal?

If WHO has launched a PHEIC with regards Zika virus and possible side effects/defects like Guillain-Barré Syndrome (GBS) or microcephaly, several scientists are now pointing out other root causes for explaining both the nature of the disability and the spread of the outbreak in South America, moslty in North-East Brazil.

Microcephaly map Brazil

Map of microcephaly in Brazil

By reviewing other risk factors which might be responsible or co-acting with the Zika virus, there are at least two questions unanswered about the key role of virus for microcephaly:

  1. Why microcephaly newborns are concentrated in North-East states of Brazil?
  2. Why socio-economics are impacting the rate of microcephaly in this location?
  • Tentative answers raising global warming including but not limited to El Nino to increasing the spread of the zika outbreak by helping the growth of the vector (Aedes aegypti mosquito), are not totally convincing; even if climate change is acting as a promoting/contributing factor.
  • How socio-economics issues could impact women of the childbearing age or pregnant?
    • poverty,malnutrition,low access to health facilities or family planning;
    • environmental factors (air/water/soil pollution or contamination,waste,…);
    • hygiene & sanitation.

all of global health concerns…

larvicide pyriproxyfen

Now by addressing the use of a huge amount of one chemical agent,pyriproxyfen larvicide, for a while in North east Brazil (also since 2014 in Argentina), in order to sterilize potable drinking water by eradicating disease-carrying mosquitos, may we review at International level the root causes tree of microcephaly in Brazil. One critical point is we shall no longer avoid the debate…

“Given these toxic effects of pesticides and that they are more heavily used in Brazil’s northeast region, it is not unreasonable to think that, at least in some cases, microcephaly may be due to excessive use of toxic pesticides and that these effects, have been unmasked by the Zika virus infection. It is also possible to think that microcephaly in children may have a multi-causal origin.”

in “Is microcephaly caused by Zika or pesticides?” by CESAR CHELALA

As always, precautionary measures are recommended before validating the quote:

“Instead Abrasco suggests that this strategy is in fact driven by the commercial interests of the chemical industry, which it says is deeply integrated into the Latin American ministries of health, as well as the World Health Organization and the Pan American Health Organisation.”

in “Argentine and Brazilian doctors suspect mosquito insecticide as cause of microcephaly” by Claire Robinson / GMWatch

larvicide