#Tabac dans les collèges et lycées: Fumer peut tuer…pas seulement en état d’urgence.

Assez surprenant le discours tenu par des responsables d’établissements en charge de l’éducation nationale; lire Jean Yves Nau et sa tribune sur l’autorisation de fumer dans les collèges et lycées durant l’état d’urgence (qui pourrait cesser dès la fin 2017).

Il ya peu et dans le cadre de l’Etat d’urgence, la mobilisation des enseignants, soutenus par l’ex ministre Najat Vallaud-Belkacem, se faisait en faveur de la formation de secourisme et d’exercices de préparation à des attaques terroristes.

Aujourd’hui, on voudrait nous faire croire que fumer à l’extérieur d’un établissement scolaire comporte un risque très important d’attaque terroriste: un danger grave et imminent qui pourrait conduire à un droit de retrait?

On sait depuis des années que le tabac tue; environ 78.000 français meurent chaque année du tabac et un fumeur sur deux mourra d’un cancer. Des chiffres qui parlent!

Mais combien de lycéens ou collégiens fumeurs tués devant leur établissement par des terroristes?

Est ce bien raisonnable de la part de “responsables” d’établissement scolaires de placer au même niveau un risque de santé publique que représente le tabagisme (sans compter le tabagisme passif) avec le risque d’une attaque terroriste? Si le risque vital était aussi élevé, alors il conviendrait d’affecter des forces armées de Vigipirate devant chaque collège et lycée.

Doit on considérer que fumer une cigarette est un droit pour les mineurs scolarisés et quelle place entend jouer l’éducation nationale dans la sensibilisation à l’éducation pour la santé de nos enfants. Il est vrai qu’un effort pourrait être fait pour faciliter la présence des associations de lutte contre le tabagisme à l’intérieur des établissements. De même, pourquoi ne pas saisir l’occasion pour lancer un programme d’études sur l’utilisation de la cigarette électronique, cette fois ci, à l’intérieur des établissements; le but en serait de démontrer son caractère inoffensif pour le vapoteur comme pour la communauté gravitant autour et de surveiller l’incidence du passage de l’e-cigarette à la consommation de tabac. Une enquête épidémiologique de santé publique, visant la prévention que notre ministre de la santé ne pourrait voir que d’un bon oeil.

Car enfin, doit on soutenir le droit à fumer durant les heures de cours? Ou bien inciter à ne plus fumer du tout par une aide et un soutien des pouvoirs publics? Que les buralistes aient leur mot à dire dans cette hisotire est encore plus consternant et non dénué d’arrière-pensées mercantiles délétères.

Enseigner le bon sens fait il aussi partie du programme de l’éducation nationale?

#Tabac:Prévention ou Principe de Précaution?

Le principe de précaution est apparu en 1992 à l’occasion de la Déclaration de Rio et concernait à l’époque l’environnement. Il a ensuite été repris, notamment en santé publique et a donné lieu à un excellent rapport rédigé par Geneviève VINEY (Professeur de Droit) et Philippe KOURILSKY (Professeur de Médecine).

La tentation est grande de se réfugier derrière le principe de précaution comme facteur d’immobilisme pour bloquer toute démarche en recherche et développement de nouvelles techniques ou substance chimique/médicamenteuse. Mais utilise-t-on bien ce principe de précaution tel que pensé à l’origine?

Comment positionner le débat concernant la consommation du tabac et les risques en lien avec le tabagisme pour la santé publique?

Le Tabac contenu dans les cigarettes:

Le tabac fumé est reconnu comme nocif pour la santé; en 2005, le Pr Dautzenberg a publié des travaux mettant en évidence la toxicité des goudrons dégagés lors de la combustion du tabac. Ces produits de dégradation du tabac sont toxiques et classés comme CMR 1, c’est à dire, pour lesquels il est prouvé un lien de causalité entre l’inhalation de ces produits toxiques et l’apparition de cancers (principalement broncho-pulmonaires).principe de précaution

Ainsi et dans ce cas, le risque est connu, identifié et mesuré puisqu’un fumeur sur deux mourra d’un cancer (50% de mortalité). On ne peut donc plus parler de précaution en matière de tabac mais de prévention du tabagisme.

La cigarette électronique et ses recharges:

Suivant la directive européenne REACH, il convient d’appliquer a minima une substitution de tout agent chimique dangereux pour la santé classé CMR.

On pourrait espérer que la cigarette électronique remplisse ce rôle de substitut avec ses recharges de nicotine. Un rapport récent de l’agence sanitaire anglaise (rapport PHE) a conclu que l’utilisation de la cigarette électronique est 95% moins dangereuse que le tabac fumé. Si l’on ajoute, qu’en France, l’AFNOR, agence française de normalisation, a publié deux nouvelles normes pour l’e-cigarette et les recharges destinées à contrôler la sécurité de leur utilisation afin de préserver la santé des vapoteurs. Cela tient de l’assurance qualité.

cig electronique et précaution

Ce rapport et ses conclusions sont critiquées aujourd’hui? Qu’importe et revenons à présent à la notion du principe de précaution, s’agissant cette fois de la cigarette électronique. Il s’applique notamment dans les cas où les données scientifiques sont incomplètes ou incertaines, et ne permettent pas une évaluation complète du risque.

  • Il peut se concrétiser par exemple par l’interdiction de distribuer des produits susceptibles d’être dangereux.
  • L’analyse du risque doit conduire à répondre à la question sur les bénéfices/risques de la substitution par l’e-cigarette versus ne pas autoriser son utilisation si jugée comme dangereuse pour la santé.
  • Le recours à l’expertise indépendante doit permettre de faire avancer le débat en privilégiant les solutions les moins nocives et dommageables pour la santé. Dans le cas d’espèce, hiérachiser les risques pour la santé publique entre le maintien du tabagisme ou bien la promotion de la cigarette électronique.

Certains parleraient de choisir entre la peste et le choléra mais il s’agirait alors d’un déni de réalité, d’une désinformation voire pire d’une manipulation politique en refusant les éléments de preuve qui devraient lever le doute sur les incertitudes des risques liés à la cigarette électronique et sur le caractère normatif de son utilisation satisfaisant aux conditions de santé et de sécurité.

#Tabac: Un produit CMR interdit ?

Depuis 2005, il est reconnu par les travaux du Pr Dautzenberg que le tabac produit lors de sa combustion des émissions toxiques de goudrons. Ces produits de dėgradation du tabac sont des agents chimiques dangereux pour la santé, encore appelés CMR pour Cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction. uimage
Des tels produits sont, suivant la directive européenne REACH interdits à la vente et doivent être substitués par d’autres agents non CMR.

Il en va donc de la responsabilité des fabricants de cigarettes, produits destinés à être fumés, une responsabilité du fait des produits. il s’agit d’une responsabilité civile mise en jeu à l’occasion d’une action en justice individuelle ou collective (Class action) lors d’une demande en réparation pour un préjudice subi à l’occasion d’un dommage portant atteinte à la santé. Sachant qu’un fumeur de cigarette sur deux mourra d’un cancer en lien avec le tabagisme, tout laisse à penser qu’il y a matière à remplir les tribunaux avec ce qui apparaît comme l’un des scandales sanitaires du XXI° siècle.

La Commission commandera une étude relative aux meilleurs moyens de renforcer la responsabilité du fait des produits des fabricants et des importateurs au sein de l’UE ainsi que leur responsabilité quant au financement des coûts de santé résultant de la consommation de tabac. Cette étude constituera la base de toutes les actions ultérieures.

Les fabricants seraient-ils les seuls mis en cause? Rien n’est moins sûr car il y va aussi de la responsabilité administrative de l’état. C’est à l’état qu’il revient de délivrer les autorisations de vente aux cigarettiers et d’en fixer les prix, ainsi que nous avons pû en juger récemment lors des débats parlementaires sur la LFPSS…

image
En quoi l’Etat pourrait-il être tenu pour responsable de la toxicité du tabac, toxicité conduisant à 73.000 morts par an, soit un fumeur sur deux condamné. Il a déjà été abordé le sujet de l’obligation de sécurité de résultat, une obligation de moyens qui doit conduire en matière de CMR, à substituer un agent chimique dangereux pour la santé par un autre qui ne l’est pas. Quel pourrait bien être ce substitut au tabac me direz vous ? Vraiment pas d’idée? Réféchissez…

Mais c’est bien sûr….la cigarette électronique, labellisée AFNOR depuis 2015. Avez-vous retrouvé les cendres d’une ébauche de proposition dans la loi anti-tabac du gouvernement,une loi qui se veut ambitieuse et innovante? Ainsi l’Etat, représenté physiquement par ses ministres de la Santé et des Finances, par son absence d’action préventive en santé publique pour épargner des vies humaines, commet-il un homicide par imprudence.

#Tabac:Le prix à payer.

Non au paquet à 10 € ? Suivant les injonctions des ministres des Finances et de la Santé, l’Assemblée Nationale a rejeté les amendements portant sur l’augmentation en 2016 du prix du paquet de tabac.

Quel est le prix à payer pour sauver une vie ?

  • une vie de non fumeur,victime du tabagisme passif;
  • une vie de fumeur, dont un sur deux mourra d’un cancer après des soins longs et coûteux, payés par les assurances sociales.
  • 73.000 morts par an en France liées au tabac.

Quel est le coût social du tabagisme? Un rapport de l’observatoire français des drogues et toxicomanies.

Qui doit payer le prix de la prévention du tabagisme ?

  • Le contribuable par le biais de l’impôt, de la TVA ?
  • L’assuré social et l’entreprise par le biais des cotisations sociales?
  • ou le fumeur lui-même par une taxe sur le tabac?

A ce stade, un petit rappel en matière de droit médical s’impose: il existe une obligation de sécurité de résultat, basée sur une obligations de moyens.

Loi du 9 Août 2004:

trib.administratif

La loi affirme pour la première fois la responsabilité de l’Etat en matière de santé publique. Le texte, qui propose une centaine d’objectifs pour les cinq années à venir, vise à réduire la mortalité et la morbidité évitables, et à diminuer les disparités régionales en matière de santé.

Pour atteindre ces objectifs, cinq plans nationaux sont prévus pour la période 2004-2008 concernant :

  • la lutte contre le cancer,
  • la lutte contre la violence, les comportements à risques et les pratiques addictives,
  • la santé et l’environnement,
  • la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques,
  • la prise en charge des maladies rares.

Un Etat responsable est un Etat qui rend des comptes à ses concitoyens. La loi de 2004 renvoit à la notion d’homicide par imprudence ou négligence de l’Etat. cour de justice de la republique La Cour de Justice de la République aurait alors la charge de poursuivre les ministres mis en cause pour un délit relevant du pénal.

  • article 221-6 du Code Pénal réprime le fait de causer par maladresse, imprudence, inattention, négligence, ou manquement de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements la mort d’autrui (homicide involontaire).

L’Etat pour sa part ne peut en aucun cas voir sa responsabilité pénale engagée. En revanche, ses représentants, personnes physiques, peuvent être mis en cause devant le juge pénal, à raison des manquements aux obligations de sécurité relevant de la compétence spécifique de l’Etat (Cass.crim., 2 déc. 2008, Mme Carmelita X. et autres, n° 08-80066).

Dans l’exemple de l’amiante, l’Etat a été poursuivi et condamné par le Conseil d’Etat qui a confirmé les jugements du tribunal administratif:

conseil d'état

La haute juridiction administrative, par quatre décisions du 3 mars 2004, a confirmé la responsabilité de l’État et l’a condamné à indemniser les victimes de l’amiante sur le fondement de la faute pour carence de l’action de l’État dans le domaine de la prévention des risques liés à l’exposition professionnelle à l’amiante.

La question suivante à se poser est: A qui profite le crime? Qui a intérêts à ne pas mettre en place les moyens nécessaires et suffisants pour atteindre des objectifs en santé publique, s’agissant de la consommation du tabac?

Le ministère de la santé avance vers la promulgation d’une loi anti-tabac dépouvu de son contenu sanitaire en se bornant à du marketing social en mode cosmétique.

Buralistes ou comment s’en débarasser (#tabac) version E.Ionesco

Ils nous auront tout fait: le paquet neutre, l’augmentation de 1€, le 3989…Où s’arrêtera l’absurde pour laisser place à une vraie réflexion sur la santé publique concernant la lutte anti-tabac?

Dernière fausse bonne idée pour abonder les buralistes, la vente de patchs de nicotine. patch nicotineEffectivement, il fallait y penser et surtout oser proposer à un fumeur, décidé à se lancer dans l’épreuve de fond du sevrage tabagique, d’aller s’approvisionner sur les lieux mêmes de sa perdition. Autant demander à un alcoolique anomyme de se réunir dans un débit de boissons…AAALa souffrance comme témoignange de notre société judéo-chrétienne; l’expiation des fautes ou bien un côté pervers des autorités de Bercy et de la Santé? Transformer la dépendance à la nicotine en une relation sado-masochiste!

Juste pour mémoire, la nicotine est un produit chimique, responsable de la plus grande dépendance/addiction de l’être humain qui justifie un accompagnement médical et pharmaceutique (conseils, aide au sevrage). Faut-il mettre derrière chaque buraliste un pharmacien ou l’inverse?

CVS

On est pas déçu par le caractère inventif de nos hauts fonctionnaires de l’Etat; mais sur la base de quelle logique? comptable, médicale? On en perd son latin. Bercy refuse d’augmenter le prix du paquet de tabac >10€, prix reconnu comme dissuasif pour le consommateur. La DGCCRF qui, dans un rapport sur la cigarette électronique datant de 2014, oublie de mentionner que l’AFNOR a publié deux normes sur la qualité et la sécurité des ces dispositifs (e-cigarette + recharges) au printemps 2015; comme pour dissuader de recourir à cette méthode de sevrage tabagique qui allie une réduction des risques pour la santé et la disparition du tabagisme secondaire. De quoi s’interroger sur les motivations profondes et sur nos experts du sujet. Tout récemment, la Commission Européenne est sommée de clarifier la nature de ses relations avec l’industrie du tabac et ses Lobbystes et de se conformer à la réglementation internationale édictée par l’ONU (lire:EU et cigarettiers/ONU). Mais comme indiqué dans un éditorial du Lancet qui accusait le PHE, agence sanitaire anglaise, que l’on se rassure de l’absence de conflits d’intérêts dans les hautes sphères administratives.

Canabis shopQuel sort sera donc réservé aux buralistes/cigarettiers? L’imagination ne manque pas et nous apprendrons bientôt s’ils sont autorisés à cultiver et à vendre de la marijuana à des fins thérapeutiques comme dans certains états d’Amérique (Colorado).

On arrête pas le progrès!

Pour une vraie politique anti #tabac en santé publique

Une Politique de santé publique est un acte fort d’un gouvernement qui souhaite imposer une vison durable au travers de missions spécifiques et d’objectifs en santé.

Derrière cette politique qui cadre le sujet, ici la lutte contre le tabagisme, c’est tout un système de management de la santé publique qui doit se décliner. Celui-ci comprend par essence une mission, des objectifs atteignables, des moyens (humains, financiers, matériels), une évaluation des risques et des impacts du tabac sur la santé, un suivi des actions et la mesure des résultats. Le passage en revue régulier pour adapter si besoin la politique à la réalité du terrain.

lire: Ingérence de l’industrie du tabac dans les politiques de santé publique

Nous y découvrons les sphères d’influence, publiques et privées, les conflits d’intérêts et les lobby de toutes sortes. A cela, il convient d’ajouter le triste héritage de l’Etat français en tant que producteur et vendeur de tabac (Seita) comme déjà évoqué dans L’Etat français,le tabac et les cigarettiers…

Nous assistons ces dernières semaines à des joutes verbales, des manifestations de buralistes, de prise de position de nos politiques mais aussi et c’est en la matière le plus important, de réactions de nos professeurs en santé publique qui, à l’instar du PHE anglais, sont de véritables observatoires de la santé en matière de tabac et de ses conséquences désastreuses sur la santé. Parmi les nombreuses voix qui s’élèvent, j’en ai volontairement choisi trois:

LPr.Dautzenberge Pr Dautzenberg, pneumologue et ancien responsable de l’OFT (Office français de prévention du tabagisme) qui s’est exprimé récemment face à un buraliste à propos du paquet neutre

antoine-flahault-300x161

Le Pr Flahaut, médecin en santé publique et enseignant à l’université de Genève qui a pris clairement position en faveur de l’usage de la cigarette électronique depuis des années en appelant à une politique de santé publique réaliste.

Dernièrement, la prise de position du Pr Didier Raoult : “une politique puritaine, à l’encontre de la santé publique” 

Quels sont les piliers sur lesquels appuyer une politique anti-tabac?

1. des Interdictions:

  • de fumer dans les lieux publics et au travail;
  • de vendre du tabac ou des e-cigarettes aux mineurs (- de 18 ans);
  • de faire de la publicité.

2.des réglementations ou décrets d’application:

  • définir les interdictions par textes réglementaires (code pénal, code du travail, réglements intérieurs,).
  • prohiber la contre-bande et la contre-façon.voir Alain Bauer
  • Imposer des normes qualité AFNOR pour les produits de substitution.

3.des incitations et des motivations au sevrage:

  • financière: augmenter le prix du paquet >10€
  • qualité de vie, bien-être:sortir de la dépendance et de l’addiction au tabac (pas à la nicotine, il faut bien le reconnaître)

4.une communication ciblée sur la prévention:

  • redonner sa place à l’INPES
    • un message à l’adresse des jeunes:prévenir l’addiction (tabac,alccol et drogues)
    • un message pour les adultes:les facteurs de risque pour la santé
    • jouer sur la convivialité et le vivre ensemble fumeur/non fumeur (tabagisme passif)

Du Paradoxe français à propos de l’e-cigarette et du #tabac

Pourquoi, en matière de santé publique et d’épidémiologie, la France est-elle toujours en retard d’une guerre? Les français préfèrent s’enfermer dans un conformisme mou doublé d’un dogmatisme plutôt que de suivre l’exemple britannique très orienté vers le pragmatisme et l’efficacité démontrée par la performance clinique.

E-cigarettes: an emerging public health consensus ou l’émergence d’un consensus en santé publique sur l’e-cigarette.

De même en matière de sevrage tabagique, qui n’est pas une mince affaire lorsque l’on rappelle qu’un fumeur sur deux mourra d’un cancer, on préfère ne retenir que les aspects négatifs de l’utilisation de la cigarette électronique comme outil de sevrage tabagique plutôt que d’en encourager l’usage.Pourquoi?

e-cig

La peur, non démontrée scientifiquement, que l’E-cigarette favorise les jeunes ados à consommer ultérieurement du tabac. Cette peur, non rationnelle, efface d’une volute de fumée, tous les bienfaits attenants à l’E-cigarette.

grandebretagne_ecigaretteJe fais bien sûr référence au rapport du PHE (Public Health England) sur la réduction de 95% des risques liés au tabac en incitant au passage à l’E-cigarette.Rapport de l’agence anglaise de santé publique (PHE). Le PHE n’est pas n’importe qui et l’impact en terme de santé publique est loin d’être négligeable; excusez du peu…même si certains esprits scientifiques mal intentionnés ont tenté en vain de discréditer la qualité du rapport dans un éditorial honteux car anonyme du Lancet.

Par comparaison avec nos voisins britanniques et en référence à la langue de Shakespeare, nous devons nous interroger sur le fait d’en être ou de ne pas en être; là est la question.

Que fait la France, son président et son gouvernement pendant ce temps-là? Ils tergiversent sur le paquet neutre au centre des mesures de la loi anti-tabac. Silence du côté des parlementaires, rompus à la discipline (pour certains) et à la loi du silence. Est-ce ainsi que s’exprime notre démocratie et nos faiseurs de lois? Dommage.

Dernière minute (3/9/2015), le ministère de la santé informe par le biais d’un communiqué, de la mise en place de Tabac Info service au 3989, unique survivant de l’OFT (Office français de lutte contre le tabagisme). A la surprise de tous les professionnels de santé et des communicants en charge de la santé publique, aucune référence à la cigarette électronqiue…comme si elle n’existait pas. Incroyable mais vrai!

voir E-cig ou la médecine fondée sur la preuve.

3989 ou l’e-cigarette oubliée par Jean-Yves Nau.

Cigarette électronique et politique : François Hollande et Manuel Valls soumis à la question Blog de Jean-Yves Nau.

 Il est vrai que l’état français n’a pas encore fait le deuil de son passé de cigarettier;voir L’état français,le tabac et les cigarettiers.

Comment la France peut-elle être aussi mauvais élève de l’Europe?