Where do we stand with #Zika causing #microcephaly?

Early 2016, WHO, supported by CDC and following reports published in NEJM, concluded that Zika virus is causing microcephaly. The evidence based medecine was referring to outbreaks which occurred both in Brazil (Spring 2015) and Colombia (Fall 2015).

As of today, Zika outbreak in South America is (temporary?) over and we may start a review of the risk factors and address lessons learned:

  • Zika virus has been found and localized in fetus and new born; Virus is capable to pass through placenta and brain barrier of the fetus.
  • In vitro studies are reproducing nerve cells damages caused by zika virus.
  • There is a close relationship between microcephaly and zika virus.

Here are some of the key points demonstrating that Zika virus is one condition leading to microcephaly; but question is to consider if it is the only one? In other words, does microcephaly resulting from a unique cause or multi-causal?

Zika Map BrzailSince the beginning of the outbreak in Brazil, some Doctors and Scientists, mostly South-american, were pointing out the possible role and responsibility of a larvicide (Pyriproxyfen) used in North-East Brazil and poured in water tanks/reservoirs where water pipe system does not exist. But recently a study reported the lack of effect of Pyriproxyfen on the human being.

So, what do we need to address today by reviewing the Zika outbreak in South-America?

NTD_zikaWe have found People who were co-infected by Zika and Dengue and for a few of them, co-infected by Chikungunya, ZIKV+DENV.

Researchers also found that Dengue antibodies can initiate a specific reaction through antibody dependent enhancement (ADE) of infection with zika virus, leading to autoimmune diseases like Guillain Barre syndrome and which might be explaining pathophysiology of microcephaly.

WHO reported a study case in Martinique:Mother infected by DENV,CHIKV and ZIKV

zkv-martinique

Eipdemio Brazil_ZIKV_DENV_CHIKVSaying that, back to real life, in vivo, by looking at what happened in NE Brazil; starting with Dengue outbreak then followed by Zika and finishing by Chikungunya outbreak. In other words, the zika outbreak occurred on a population which was acute immunized for Dengue and a ADE might have happened in this region of Brazil explaining the discrepancy with the other regions of Brazil.

Now and looking at the numbers of microcephaly in Colombia, it is interesting to analyze prevalence of Zika related cases compared to the entire microcephalies: zika-related-microcephaly-numbers-colombia60/752 = 8%.

Where are coming from the others? That means 92% of microcephaly cases are not related to zika virus but might be related to either infectious diseases including but not limited to Rubella or Cytomegalovirus. Another source might be socio-economics in these regions of NE Brazil and some locations in Colombia in link with poor resources for sanitation and poor quality of food leading to a lack of hygiene and Vitamines deficiency.

As an Health risks manager, always tracking root causes analysis and trying to understand 5 Why, I have to admit that I have not been convinced by the double statement posted by WHO & CDC on Zika virus causing microcephaly but still looking for multi-factors, multi causal including possible co-infection and ADE.

#Zika and Olympics Games in Rio 2016

brésil et moustiquesZika outbreak occurring in Brazil since April 2015 seems to become a threat regarding the on coming Olympics Games in Rio de Janeiro. Scientific experts disagree on the opportunity to keep on going or to cancel the Games according to Public Health concern.

May be is nowadays the right timing to review objectively a more global risk assessment by including geo-localization and timeline.

What do you need to define an outbreak?

  • one virus, Zika, circulating around a human reservoir;
  • one vector, Tiger mosquito, Aedes aegypti or albopictus;
  • temp > 18°C mostly raining season (hot and wet)

Meteo forecasts pour August 2016, with uncertainty, are pretty sunny and mild (25°C). Keeping in mind that Rio is in South Hemisphere and the season will be winter which is not the most convenient season for mosquito breeding.

Recently Brazilian MOH gave a statement on the Zika outbreak, noticing that it is decreasing following a peak on Frebruary with 16.059 suspected cases. Early May 2016, only 2053 were reported, 87% less…Nevertheless, WHO recommends pregnant women not to travel to Zika infected areas, including Brazil. WHO stated that Zika is causing microcephaly with fetus.

This statement, to be carefully taken for what it is and no more, is pointing out the population at high risk, I mean, young women of childbearing age or pregnant (mainly first quarter of pregnancy). As a reminder, 80% of Zika cases are without clinical symptoms which are more or less the same than for Dengue and Chikungunya. This, to focus on the usefulness of Zika testing.

Eipdemio Brazil_ZIKV_DENV_CHIKV

There is still a debate surrounding Zika causing microcephaly as stated by US CDC and WHO. There are now evidence showing that Zika leads to auto-immune reaction which might help or contribute to neural cells of central nervous system defects. It is also important to review prevalence of microcephaly in Brazil, between 1 to 2/10.000 births as it is usual outside of Zika outbreak. By the way, these numbers are confirmed so far by epidemiological data coming from Colombia.

Brazil zika cases2015_2016

As of today, How could we conclude?

  1. Zika reservoir (and cases) is decreasing;
  2. The season will be Winter in Rio in August;
  3. At the same moment, In Europe and North America (Summertime) environmental conditions would be easy to help mosquitoes breeding and spreading to northern regions, previously unlikely exposed to Aedes albopictus.
  4. The main risk for Zika are pregnant women who are kindly invited not to travel to the infected areas.
  5. The prevalence for CNS defects including microcephaly is very low and close to the normal prevalence according to existing data (2012-2015), before Zika outbreak in Brazil.

Zika_ZoonoseAt the end of the day, there are poor and few arguments to decide to postpone or cancel Olympics Games of Rio 2016. Simple mitigation or pre-emptive measures such as oral contraceptive and safe sex with condoms would be enough to control the risk exposure to Zika virus and contamination.

#Zika et JO de Rio 2016

brésil et moustiquesL’épidémie de Zika observée depuis avril 2015 au Brésil menace aujourd’hui le bon déroulement des épreuves des Jeux Olympiques à Rio de Janeiro. Les avis scientifiques divergent sur l’opportunité de maintenir ou non ces jeux, au motif d’un risque pour la santé publique.

Peut-être, est-ce le bon moment pour évaluer objectivement le risque dans sa globalité et en situation temporo-spatiale ou géolocalisée pour utiliser un vocabulaire plus actuel.

Pour faire une épidémie, il faut réunir au même moment et au même endroit:

  • un  virus, Zika circulant au sein d’un réservoir humain contaminé;
  • un vector, le moustique tigre (Aedes aegypti).
  • une température >18°C et une saison des pluies ou humide.

Les prévisions météorologiques pour le mois d’Aout 2016, et sous toutes réserves, accordent une probabilité pour un mois plutôt ensoleillé, donc sec et une température autour de 25°C. Il convient d’ajouter que, s’agissant de l’hémisphère sud, la saison sera l’hiver qui n’est pas la meilleure période pour la reproduction des moustiques.

Concernant l’épidémie de Zika autour de Rio, le ministre de la santé brésilien déclare:

En outre, l’épidémie de Zika au Brésil serait sur le déclin après avoir atteint son pic au mois de février avec 16.059 cas recensés dans le pays. Début mai, seulement 2053 étaient répertoriés, soit une baisse de 87%. Cependant, l’OMS recommande aux femmes enceintes de ne pas voyager dans les pays où le virus sévit, dont le Brésil. Il faut en effet rappeler que le virus peut entrainer des malformations congénitales, notamment des microcéphalies, chez le fœtus.

 Cette déclaration, à prendre avec les réserves qu’il convient, pointe utilement les personnes à risque, à savoir les femmes enceintes au cours du premier trimestre de leur grossesse. Rappelons également que 80% des cas de zika sont asymptomatiques et que les signes cliniques sont pratiquement identiques pour la Dengue, le Chikungunya et le Zika. Il faut donc insister sur le dépistage par test pour affirmer un cas de zika.

Eipdemio Brazil_ZIKV_DENV_CHIKV

Le débat reste cependant ouvert s’agissant de déclarer que le virus Zika est la cause des microcéphalies et autres atteintes du système nerveux central (Syndrome de Guillain-Barré, myélite ou méningo-encéphalite chez l’adulte). Il semble se produire une réaction auto-immune, en présence de co-facteurs ou éléments facilitateurs, activateurs, à l’origine de la destruction de cellules du SNC. Mais avant tout, il convient de remettre les chiffres de prévalences (% de survenue de la maladie:1 à 2/10.000 naissances) pour la microcéphalie dont les dernières études ne semblent plus montrer de différence significative avant/après épidémie de Zika au Brésil (ce qui semble également confirmé par l’épidémiologie de Zika en Colombie).

Brazil zika cases2015_2016

Alors, que peut-on conclure aujourd’hui?

  1. que le réservoir de virus zika est en déclin;
  2. que Rio sera en hiver et avec un temps plutôt beau et sec
  3. qu’au même moment en Europe et en Amérique du nord, on prévoit des conditions environnementales propices non seulement au développement du moustique Tigre mais aussi à la circulation d’arbovirus dont le Zika.
  4. que le risque principal porte sur les femmes en début de grossesse, pourlesquelles il est effectivement déconseillé de séjourner en zones d”endémie de virus Zika.
  5. que la prévalence des complications neurologiques pour l’adulte comme pour le foetus reste à un niveau bas et sensiblement égal aux années antérieures, avant épidémie de Zika…

Zika_ZoonoseAu total, il existe peu d’arguments pour décider d’interdire la tenue des jeux olympiques cette annés à Rio de Janeiro. De simples mesures de prophylaxie, entre contraception pour les femmes et utilisation de préservatifs pour les hommes pendant et au retour du Brésil, devraient contenir le risque de transmission par les relations sexuelles et éviter la survenue de cas de microcéphalie chez le foetus.

Is #zika (alone) really causing #microcephaly in Brazil?

For the second time, US CDC declares publicly that Zika virus causes microcephaly (M) and other Central nervous system diseases (CD):13% of zika tested positive could lead to microcephaly if occurring at the early stage of pregnancy (<3 months).

In his excellent blog, VDU’s blog, Pr Ian Mackay is monitoring epidemiological data coming from Brazil on a weekly basis. For his 27 report, week 20, he is pointing out that 15% of all confirmed M&CD diagnoses and 3% of all suspect diagnoses are reported as positive for ZIKV testing . Question: what are the causes of the 85 to 97% M&CD?

Eipdemio Brazil_ZIKV_DENV_CHIKV

If we now refer to another paper on causes of microcephaly in Brazil, in Pernambuco State (2015), it is amazing to notice that based on a cohort of 104 newborns with microcephaly, we observe plenty of cases related to TORCH infection, some of them due to co-infection. It is mentioned that ZIKV test was not available at that time, between April and December 2015. Compared with previous records 2010-2014 with 7 cases/year, Brazil health authorities have recorded 874 cases in Pernambuco State in 2015. Taking into account that Zika outbreak started in April 2015 in Brazil with a peak around October, the question raised to consider Zika virus (alone) causing mincrocephaly. In this survey, Dengue does not appear to be a co-factor as suggested by other case review studies and confirmed by In Vitro experiments.

Danger ZikaSaying that, it is obvious that 2015 recorded abnormal increase of microcephalies, especially in NE Brazil: 7 ->874 microcephalies (x125). If highly significant, the question behind is to understand the root causes, focusing on the role and responsibility of Zika virus. Cytomegalovirus and Rubella are the two main identified virus related to these microcephalies without the capability to link with Zika virus (not tested).

Last, not least, it remains an unclear statement with regards the use of pesticides/larvicides during the same period of time in the same region of Brazil. Notwithstanding, we have to address the question of huge differences in the numbers reported in NE compared with other regions in Brazil. At the end of the day, it remains a speculation of co-factors or co-infection acting jointly with Zika virus as causing microcephaly.

#zika:de nouvelles voies scientifiques en réponse à certaines voix politiques

Zika summit ParisL’actualité est riche en bonnes nouvelles et chaque jour apporte son lot de découvertes scientifiques. Merci aux organisateurs du Sommet sur le Zika qui s’est tenu les 25 et 26 avril à Paris hébergé par l’Institut Pasteur.

La parole donnée aux chercheurs est moins péremptoire que celle délivrée par le CDC; sans rajouter à la polémique, il faut savourer son plaisir en buvant du petit lait tout en écoutant les dernières “trouvailles” sur le virus Zika et ses complications neurologiques dont la microcéphalie,la partie émergée de l’iceberg et la plus visible mais la plus dévastatrice. Qu’y a t on appris?

  • revue de l’écologie des maladies transmises par moustiques
  • Replacer le virus Zika parmi la famille des Flavivirus
  • Interactions immunitaires entre les différents Flavivirus:
    • en insistant sur DENV (IgM,IgG) et ZIKV
  • les conditions particulières observées aux Amériques:
    1. une population “naïve” pour le virus Zika
    2. plusieurs vagues épidémiques de Flavivirus:
      • Dengue
      • Zika
    3. au mauvais moment et au mauvais endroit
  • confirmation du neurotropisme de Zika
  • forte de suspiçion d’adjuvants, co-facteurs aggravants
  • les périodes à risque pour le foetus sur mère infectée
  • le passage de la barrière placentaire et hémato-encéphalique

Il n’en fallait pas plus et c’est déjà beaucoup d’entrouvrir les portes de nouvelles pistes et voies de recherche, non seulement pour Zika mais surtout pour les autres maladies transmises par les lignées du moustique Aedes.

Structure 3D Zika virusConfirmation aussi que l’urgence en santé publique de portée internationale (PHEIC) décrétée par l’OMS le 1 février 2016 cible la microcephalie et le syndrome de Guillain-Barré plus que le virus Zika ou la maladie Zika dont 80% des cas est asymptomatique et non détectée. La prévention de ces épidémies passent par la connaissance de la pathogénicité et la physiopathologie de ces virus à l’origine de maladies tropicales négligées. Par la compréhension des mécanismes d’interactions dans la réponse immunitaire , le rôle potentiellement facilitateur des co-infections.

S’il en était encore besoin, ce sommet est l’occasion de démontrer le caractère indispensable d’une approche globale et pluridisciplinaire de la santé publique; encore plus en situation de crise sanitaire internationale. Intérêt de partager  des informations et des résultats prémiminaires sur les recherches en cours comme cela est le cas pour Zika.

Mais cela ne justifie pas les erreurs de communication tant à l’adresse des politiques en charge de voter les budgets qu’à l’adresse du public et encore plus des victimes du virus Zika et que l’on inquiète ou abandonne à leur triste sort.

L’OMS prépare la campagne pour renouveler son directeur général en septembre 2017; les Etats-Unis débatent au Congrès la rallonge budgétaire dans un climat pré-électoral des Primaires en vue de la présidentielle de novembre; le Brésil sombre dans une crise institutionnelle, constitutionnelle et sociale sans grande marge de manoeuvre pour allouer des moyens supplémentaires à la recherche et à la prévention des maladies transmises par le moustique peu avant les Jeux Olympiques de cet été.

Des voix discordantes donc mais des voies prometteuses aussi dans la connaissance du virus: son diagnostic, sa prévention et son traitement.

#zika as causative for #microcephaly: Has CDC jumped the gun?

April 18th 2016

Following both WHO statement and press release of NEJM, CDC declared last week that Zika virus is cause for microcephaly and other neural collateral damages. What a stress related to this short shrift by US CdC for science. In other words, Game is over and time to go back to R&D for searching and developing, producing asap new vaccine, new drugs to fight Zika, keeping an eye on vector control, more specifically Aedes aegypti and albopictus (mosquitoes carrier of DENV, CHIKV and ZIKV).

Forget the root causes analysis; don’t mind whatever co-factors are responsible for occurrence and emergence of microcephaly beside Zika virus; CDC says that Zika is cause of microcephaly and that might be enough to agree. Don’t You? But Why? US National Health Agencies are seeking for Funds (1.9 BN $) in order to cope with an outbreak preparedness plan, classified as likely; Congress is still refusing to raise and allocate this funds waiting for more conclusive evidence of Home security threat. No doubt, there is a conflicting situation between White House and Congress (Republicans) with regards the on coming presidential election. May be too far from Public/Global Health issues?….

NTD_zikaWe have to raise this question, right now: is the Zika threat overestimated? and if yes, why? Is the risk related to microcephaly over reported by exaggerating alarming numbers? Is there a link between false reporting of Zika cases (just suspected but not tested) and politics at a time where Brazilian government is facing an Impeachment procedure? The PHEIC declared by WHO is addressing unanswered questions about microcephaly observed and recorded in Brazil; surprisingly, only states of North-East regions are concerned so far, raising interest about causative of microcephaly beyond Zika virus, through co-factors or different risk factors as previously explained; mostly pointing out the role and responsibility of DENV or IgM,IgG immunization reaction following infection or co-infection with Zika virus.

Colombia appears to play the role of a control group by comparing stats with Brazil. Fortunately, a few microcephaly cases are related to Zika virus so far: only 2 cases as of today, when we are observing fewer microcephaly cases related to Zika than cases related to the other viral causes (Rubella, CMV). Surprise, surprise…

Q: What is the predictive value of Brazilian numbers? The first estimates have been reviewed and reduced from 600.000 to 200.000 cases. Do you remember the estimates for Ebola at the beginning of the outbreak in West Africa? How credible are these forecasts based on maths modeling and far away from the front line?

 It looks like Scientists and Health agencies running a race against the time to get money and budget just before publishing evidence for a multi-causal model explaining microcephaly in Brazil; budget which could not be voted without stressing on Congressmen and before a “Name and Shame” procedure for Republicans refusing to allocate the resources to fight the Tiger; knowing the race for Presidential is at its final stage. Some writers tried to compare with a terrorist threat, even if a bit rude but efficient.

Dilma RousseffWho has interests to hide  the truth in Brazil? Not to report how many People living in NE are impacted in areas outside of basic sanitation and running water? Dilma Roussef is now involved in a process leading to Impeachment following lower chamber’s decision. The increase of microcephaly cases, whatever the cause is, are reflecting the poor management of Public/Global Health concerns: lack of waste management, no access to drinkable water, black and grey waters surrounding at community level. No resources (human and equipment) to fight mosquito, except recently by committing the Army forces but pesticide is no longer available in some areas. No tests performed; just report of suspected cases based on clinical symptoms (not specific). No medico-social support for mothers of newborns with microcephaly, abandoned, without long term help and follow-up implemented. The failure and bankruptcy of a Democracy which expected to conduct a social economy but in fact corrupted at its highest level.

Definitively, it is legitimate questioning CDC who has jumped the gun by convicting Zika for microcephaly.

#zika l’unique cause de #microcephaly? Une déclaration prématurée du CDC

Le CDC, emboitant le pas à l’OMS, nous prive d’un débat contradictoire scientifique en affirmant que la cause des microcéphalies observées est le virus Zika. Fin de partie donc et temps de se mettre au travail pour la recherche et le développement d’un vaccin et de nouveaux traitements anti-zika. Si on peut comprendre le but poursuivi, à savoir une massive et rapide levée de fonds pour lutter contre le vecteur moustique tigre, Aedes aegypti et albopictus (voire d’autres espèces) au moment où la saison arrive à maturité pour propager les différents virus (Dengue, Chikungunya, WNV et Zika), le chemin emprunté surpend la communauté scientifique, habituée à plus de réserve à défaut de plus d’égard.

D’un revers de la main, le CDC balaye un arbre des causes cherchant à expliquer l’émergence de cas de microcéphalies au Brésil, pour établir sa vérité. Le CDC a besoin d’argent, de 1,9 Milliards de Dollars que le Congrès américain lui refuse jusque-là. La polémique qui oppose la Maison Blanche aux Républicains n’est pas sans lien avec la future élection présidentielle et la politique prend le pas sur la santé publique.

NTD_zikaA ce stade, on ne peut dissocier les deux enjeux et s’interroger sur la menace réelle que fait planer le virus Zika: n’a-t-on pas délibérement exagéré le risque de microcéphalie? Les chiffres alarmant avancés par les autorités du Brésil, en pleine crise politique au demeurant, se trouvent peu à peu contredits, dévoilent une grande disparité géographiques qui interpelle sur la nature causale du virus Zika, seul, ou associé à d’autres facteurs de risque qui ont déjà été évoqués mais en pointant sur le rôle favorisant ou aggravant du virus de la Dengue ou de ses anticorps acquis (IgM ou IgG) suite à une infection voire co-infection.

La Colombie apparait comme un groupe témoin dans ce dilemne et à ce jour, peu de cas de microcéphalies en lien avec le virus Zika: deux cas pour être précis au 18 avril 2016. Des interrogations se posent sur la valeur prédictive des modèles mathématiques utilisés récemment en épidémiologie; à commencer par Ebola qui a largement surestimé le nombre de morts en Afrique de l’Ouest. Aujourd’hui, les prévisions pour la Colombie ont été revues à la baisse passant de 600.000 cas à 200.000. Au point de constater qu’il existe moins de microcéphalies dues à Zika qu’en lien avec d’autres causes virales connues comme la Rubéole ou le Cytomegalovirus (CMV).

Alors, n’assiste-t-on pas à une course contre la montre, devant la montée de plus en plus de preuves sur le caractère multi-causal des microcéphalies, pour damer le pion aux politiques et récolter un budget qui ne serait pas attribué en dehors d’une menace terroriste? La comparaison est brutale mais sera peut-être efficace.

Dilma RousseffNe cherche-t-on pas à cacher des vérités au Brésil, dommageables pour la population des régions du nord-est mais surtout désastreuses pour un gouvernement en perdition au lendemain du vote de destitution par la chambre basse du parlement brésilien? Car les cas avérés de microcéphalies reflètent, quelle qu’en soit la cause, une gestion calamiteuse de la politique de santé publique: l’abandon de programme de développement sanitaire et d’adduction d’eau potable, de traitement des déchets et de la gestion des décharges publiques, des eaux usées, le manque de moyens humains et matériels pour diagnostiquer les cas de Zika (suspectés mais non testés) et l’absence de prise en charge médico-sociale sur le long terme des futurs infirmes microcéphales et de leur mère, abandonnés de tous. La faillite d’une economie et d’une politique qui se voulait sociale et solidaire mais qui se révèle corrompue et déconnectée de la réalité.

Alors, il est légitime de s’interroger sur le caractère prématuré de la déclaration du CDC concernant le virus Zika et sa mise en cause définitive dans les microcéphalies.

#zika: Santé Globale ou philosophie politique?

Pourquoi cette question? J’aurais pu sous-titrer “La certitude dans l’incertitude de l’état actuel des connaisances” mais un peu long et pédant. Nos amis américains par le biais de leurs agences nationales de santé publique, à la tête desquelles se positionne le CDC d’Atlanta pour son expertise et leadership en infectiologie, ont acquis la certitude que le virus zika est le coupable; prenant la suite de l’OMS, le CDC a publié un communiqué dans lequel il affirme la mise en cause du virus dans les lésions neurologiques observées. L’anecdote est intéressante car elle traduit le système de management de la santé publique aux Etats-Unis; système reposant sur trois piliers:

  1. Une politique clairement affichée et défendue;
  2. Une communication tous azimuts incluant les NTIC;
  3. Une campagne de levée de fonds.

Obama claims CongressOn comprend la difficulté extrême de ces agences, y compris l’OMS, pour lever des fonds, élaborer des budgets pour faire face aux réponses en termes de moyens matériels et humains, d’infrastructures, de recherche et développement. Le dernier exemple récent avec Ebola renforce le caractère prégnant du financement.

Mais il ne faudrait pas confondre le discours politique s’adressant aux membres du Congrès américain en vue de faire pression avec l’argumentation et l’esprit critique que requiert la recherche médicale. Il peut-être dangereux d’affirmer haut et fort qu’il n’existe plus aucun doute sur la nature causale de la microcéphalie et autres complications neurologiques (Guillain-Barré,myélite,méningo-encéphalite), d’origine auto-immune.

Zika and International Organizations

 Ne pas confondre corrélation avec relation de cause à effet: oui, le virus zika est impliqué dans le processus auto-immun conduisant des lésions neurologiques parfois irréversibles comme la microcéphalie; non, nous ne savons pas à ce jour si le virus seul en est responsable et coupable. Il peut exister d’autres facteurs, d’autres conditions nécessaires et suffisantes pour co-agir avec le virus. Se méfier de la pensée unique…

Dans l’article publié le 13 avril 2016, le NEJM ne répond pas à plusieurs questions soulevées par une partie de la communauté scientifique:

  • Zika: seule cause de microcéphalie?
  • faible % de microcéphalies dûes au virus Zika?
  • répartition temporo-spatiale dans le NE du Brésil?
  • Martinique et microcéphalie: un cas d’espèce?

Puzzling ZikaCe questionnement sur l’analyse des causes des complications neurologiques, en lien avec le virus du Zika, apparait comme un puzzle où chaque pièce a son importance pour obtenir une vision globale, nette et précise du sujet avant d’agir efficacement.

En d’autres termes, la peur ne fait pas fuir le danger; jouer sur les peurs, surjouer devant les politiques pour obtenir des crédits ou une rallonge budgétaire de quelques 1.9 MilliardUS$.

Lucky Luke ZikaIl y a des moments où le scientifique européen ressent la solitude du coureur de fond là où l’américain exprime son “poor lonesome cowboy”, abandonné par la communauté scientifique qui balaye la science d’un revers de main. Le débat est clos et la messe est dite: Zika est le coupable. Fin de partie pour pouvoir passer à autre chose, et s’occuper enfin des programmes de recherche pour le diagnostic rapide, les vaccins, le développement de nouveaux traitements; tout ce qui a été négligé depuis 1947 et qui prend soudain un caractère d’urgence de portée internationale (PHEIC).

Je suis mal à l’aise car on m’a appris à douter, éduqué à développer un esprit critique; encore plus depuis que je conduis des évaluations de risques et d’impacts pour la santé. Rien n’est jamais définitivement acquis et surtout, appliquer le principe de précaution en cas d’incertitude pour l’homme et son environnement. Or je ne retrouve aucun de ces principes fondamentaux dans l’approche suivie qui se veut un modèle du genre. Deux conceptions s’opposent à ce jour:

  1. Les critères de Shepard: orienté résultats d’études en laboratoire (In Vitro)
  2. Les critères de Bradford Hill: reposant sur l’épidémiologie (In Vivo)

Je cherche à comprendre et donc à expliquer:

  • pourquoi le nord-est du Brésil est la région prinicpalement touchée?
  • pourquoi la Colombie n’observe pas de pic de microcéphalies?

Ni l’OMS, ni le CDC n’apportent de réponses sur ces points.

J’ai peur que l’on confonde urgence et précipitation; pour être le premier à découvrir, le premier à publier des résultats d’études; une mauvaise chasse au trésor parce que les cartes sont soit fausses soit truquées. Le Brésil s’enfonce dans une crise politique constitutionnelle; les Etats-Unis, au travers de relations conflictuelles entre la Maison Blanche et le Capitol, ne parviennent pas à réunir les fonds nécessaires pour contenir la progression du moustique Aedes, vecteur du virus Zika, de la Dengue et du West Nile. Quant à l’OMS, elle n’arrive pas à se remettre de l’épidémie Ebola, catastrophique tant au plan humain qu’au plan médiatique et perd chaque jour davantage, toute crédibilité et toute capacité à gouverner pour contrôler les grands fléaux épidémiques.

#Microcephaly / #Zika perçue comme des enjeux politiques?

Depuis le 1° février 2016, date de déclaration de l’état d’urgence sanitaire de portée internationale, nous assistons à une curieuse gestion de crise du Zika qui se transforme en crise politique internationale.

  • Commençons donc par l’OMS ZikaMapqui doit collecter des fonds pour mettre en place les moyens d’évaluation, d’études et de réponse aux nombreuses questions soulevées avec l’arrivée du virus Zika en Amérique du sud. L’émergence d’abord des cas de microcéphalies en lien avec le virus, puis la mise en évidence d’autres maladies neurologiques, d’origine auto-immune, ont fait naître des peurs se traduisant par des menaces pour la santé publique. Le spectre de la microcéphalie dont certaines photos indécentes circulent dans les médias fait vendre mais cyniquement, il n’y a pas assez de morts, par comparaison à Ebola, pour collecter des fonds en urgence.
  • Au Brésil, qui attire l’attention pour plusieurs raisons, l’arrivée du virus Zika au printemps 2015 donne l’occasion aux autorités du pays de détourner l’attention sur un sujet qui occupe les esprits, craintes à l’appui. La maladie Zika et ses complications occultent (pour un temps) les scandales de corruption, les démêlés politico-judiciaires en vue de la destitution présidentielle. Mais il existe une autre pression politique qui consiste à nous faire prendre des vessies pour des lanternes, à nous faire avaler des couleuvres en se focalisant sur le nombre élevé de cas de microcéphalies et en leur attribuant pour cause unique, le virus Zika. Zika Map BrzailTout ceci pour ne pas aborder l’épineux sujet de la disparité socio-économique, les inégalités territoriales et les impacts environnementaux de l’absence de politique de développement durable, principalement dans les régions du nord-est du Brésil. Des conditions sanitaires déplorables, une absence de réseau de distribution d’eau potable, une pauvreté qui conduit à des états de malnutrition nous sont ainsi cachés, pudiquement voilés derrière la préparation, à grands frais, des Jeux Olympiques de cette année à Rio.
  • Que se passe-t-il aux USA, où le Congrès refuse de débloquer les fonds nécessaires pour mettre en place un programme de préparation à la lutte antivectorielle pour prévenir la propagation du Zika dans la moitié sud des Etats-Unis? white HouseLa Maison Blanche, à l’initiative de son Président Obama, vient de décider d’engager les fonds alloués au programme Ebola (600 M$) pour les redistribuer en faveur de Zika. Une façon de mettre les membres du Congrès américain en face de leurs responsabilités à quelques mois de l’échéance électorale présidentielle et à un moment où le Parti Républicain ne fait pas bonne figure, incarnée par le candidat Donald Trump. On pense naturellement aux manipulations politiciennes telles que rapportées dans la série House of Cards mais cela n’est plus de la fiction aujourd’hui.

On s’éloigne,hélas, des enjeux de santé publique, de portée internationale en effet, de la nécessité de soutenir des programmes de recherche autant en labotatoire (In Vitro) que de lancer des études épidémiologiques (In Vivo) pour collecter les informations nécessaires en vue de répondre aux questions qui se posent sur le rôle et l’implication du virus Zika dans les complications neurologiques chez le foetus comme chez l’adulte.

La pauvreté, lit de #Zika (par A.C.Zimmer)

Anne-Corinne Zimmer est une journaliste d’investigation qui a déjà fait parler d’elle à l’occasion de la sortie de son livre: Polluants chimiques, enfants en danger.

Avec son autorisation, voici l’article paru dans L’Humanité Dimanche (n°500, semaine du 25/02 au 9/03/2016). Sobre et non polémique, l’auteur y expose les thèses ou théories (sans complot) en présence. Mais elle va plus loin en évoquant la virulence de Zika qui aurait pu subir des mutations géniques aggravant sa pathogénicité.

pauvreté au Brésil

Alors que le lieentre le virus Zika, porté par les moustiques, et les cas de microphalies n’est toujours pas complètement avéré, des associations sud-américaines dénoncent la gestion chimique de l’épidemie au Brésil et suspectent l‘utilisation d’un nouveau pesticide.

ACZ

MARIO TAMA / GETTY IMAGES / AFP

 La communauté scientifique semble s’être accordée sur la probabilité que le virus Zika soit toxique pour le cerveau en developpement , au vu du nombre de microcéphalies (périmètre crânien et cerveau anorma­lement petits entrainant de graves déficits), qui aurait augmenté au Brésil, alors en pleine épidémie. Cependant, les preuves du méca­nisme d’action ne sont toujours pas connues, l’agent pathogène non identifié et les statistiques en­core sujettes à caution.

Le nombre de cas suspectés initia­lement au Brésil (plus de 4000) est revu à la baisse (1440). Debut février, 404 cas de microcéphalies sont confirmés (contre 150 chaque année habituellement), parmi les­quels seuls 17 cas liés au Zika sont identifiés. Mais le ministère de la Santé brésilien pense « comme beaucoup de chercheurs que ce chiffre ne signifie pas grand-chose, puisque les tests ne détectent pas toujours la présence du virus ».

L’ETONNANTE ANALYSE DU MINISTERE DE LA SANTE

C’est dans ce contexte que deux associations de médecins, l’une argentine, Médecins dans les villes à zones de pulvérisations (PCST), et l’autre brésilienne, l’Association de médecins pour la santé collec­tive (ABRASCO), ont mis en cause I’usage d’un larvicide (censé tuer les larves d’Aedes – des mous­tiques), le pyriproxyfène, qui a succedé en 2014 à ]’utilisation du temephos, en raison de la résis­tance acquise par les moustiques à ce dernier. Ce que dénoncent ces médecins, c’est avant tout la ges­tion chimique dans ce type d’épi­démie Iiée à Aedes. “La lettre ouverte aux Brésiliens” de l ‘ABRASCO, en janvier , s’étonne de I’analyse du ministère de la Santé « mettant en cause Zika à I’exclusion d’autres facteurs qui peuvent avoir une influence, comme l’usage massif des pesti­cides” alors même que “le lieu de résidence des mères d’enfants por­teurs de microcephalies montre une grande concentration dans les régions les plus pauvres du Brésil “. Et de réclamer une étude épidémiologique prenant en compte l’exposition aux pesticides.

réservoir d'eau BrésilDANS LES REGIONS DELAISSEES ET SANS ACCES A L’EAU COURANTE, LE VIRUS SE DEVELOPPE DANS LES RESERVOIRS.

 

 

PULVERISATION AERIENNE ET REPETEE

Car depuis 40 ans l’usage de pesti­cides dans les régions du nord-est du Brésil est systématique, là où les populations sont laissées à I’abandon, sans urbanisation , sans évacuation sanitaire et surtout sans accès permanent à I’eau cou­rante (Etat du Pernambuco no­tamment). D’ou les ajouts de ce larvicide directement dans les réservoirs d’eau potable (seaux,bas­sines), lieux de prolifération ideaux des moustiques. En plus des pulverisations aériennes.

Alors même que des actions mécaniques (comme au Salvador, où des poissons qui mangent les larves sont utilisés dans les réser­voirs d’eau, endiguant ainsi l’épi­démie de dengue), qui supposent l’éducation des populations, sont bien plus efficaces que la “solu­tion” chimique, qui “démobilise  les populations comptant sur un produit qui tue aussi les préda­teurs naturels des moustiques et nécessitent des applications répétées”, constatent les médecins.

IIs voient également dans les recom­mandations d’usage des pesticides de l’OMS, une stratégie qui, pour faire face à des maladies répandues par les moustiques mais “multi­ pliées par la pauvreté” accroît, in fine, les inégalites sociales et envi­ronnementales. Et de rappeler que l’expérimentation des 15 millions de moustiques génétiquement mo­ difiés Iâchés I’année dernière dans ce même nord-est du Brésil s’est soldée par un échec retentissant quant à la stérilisation des femelles, mais pas pour les bénéfices d’Oxi­tec, I’entreprise de biotechnologies à la manoeuvre…”

Anne-Corinne ZIMMER

EN SAVOIR PLUS…

LA VIRULENCE

Une étude menée en janvier sur deux cas de microcephalie avec virus Zika souligne que la présence des calcifications (dans la boîte crânienne) suggère une infection intra-utérine mais des dommages bien plus sévères observés dans d’autres parties du cerveau y sont rarement associés. L’auteur conclut que des changements dans le génôme du virus ayant été etablis, la possibilité de l’émergence d’une nouvelle souche plus virulente doit être considérée et aucune hypothèse quant a l’étiologie de ces malformations ne doit être écartée.